FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
L'exploitation des enfants

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
prof19
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2011
Messages: 186
Masculin
Point(s): 488

MessagePosté le: 03.01.12 19:01    Sujet du message: L'exploitation des enfants

Les Mulezi (Petites Bonnes) 
Quand on parle des enfants au travail, on fait souvent allusion à ceux utilisés dans des firmes, des usines de transformation de produits agricoles et industriels, l’artisanat,...ou à ceux qui opèrent dans le secteur informel. Évidemment, peu s’y retrouvent de leur propre gré. Certaines circonstances les entraînent souvent à compter sur eux-mêmes pour assurer leur survie ainsi que celle des leurs. Parmi les enfants travailleurs, figurent aussi des fillettes souvent oubliées. Ce sont ces milliers de jeunes filles utilisées comme « bonnes » dans des nombreux ménages, aussi bien en ville que dans les villages. Ces filles sont appelées « mulezi » (mot signifiant « bonne » ou la jeune fille qui assure la garde des enfants, en mashi). 

 
Des origines coutumières 
Les bonnes sont généralement au service d’une grande sœur, d’une tante, d’un membre de la famille lointaine. La demande se fait souvent entre femmes. Une fois convenue, la proposition est faite au père. Celui-ci ne tarde pas à céder pour, entre autres raisons, pour sauvegarder les liens familiaux avec la famille demandeuse. Le moindre refus occasionne parfois de graves détériorations des relations dans le clan. Mais les petites bonnes sont également des enfants sacrifiés par leur famille pour seconder les mères de famille dans leurs travaux ménagers. 

 
Dans les villages africains, nombreux sont les ménages qui croient encore que la première fille n’a pas le droit d’aller à l’école.  A sa naissance, la mère se sent soulagée de trouver une assistante valable. En effet, dès le très bas âge, celle-ci remplace la mulezi - si elle en avait une. Elle s’occupe ainsi des soins de ses petits- frères et sœurs. Mais également d’autres travaux domestiques. Adolescente, elle prend la houe et accompagne sa mère pour tous les travaux des champs. A ce stade, sa place de « bonne » aura été occupée par quelqu’un d’autre. Le critère de choix de celui-ci étant bien entendu lié à son sexe, mais aussi à l’âge. 

 
Les femmes : soutien de famille 
Du caractère social, ce besoin en main d’œuvre féminine s’est accentué avec la dégradation du tissu économique  qui a conduit à la paupérisation de la population. En effet, la femme - celle vivant en milieu urbain - a bien compris que la crise s’installait. Elle a inventé un nouveau mode de vie qui consiste à ne plus compter sur le salaire de son mari. Et la voilà partout : porte-faix, revendeuse de toutes sortes de marchandises au coin des rues. Ainsi passent des jours, des années et des décennies. 

 
Quelles sont les tâches réellement attribuées à la bonne ? 
Elles sont multiples et varient selon que celle-ci se situe au village ou en ville. Au village par exemple, outre qu’elle doive s’occuper à longueur de journées des enfants, la mulezi assiste sa maîtresse dans presque tous les travaux domestiques : ramasser du bois, puiser de l’eau, faire la lessive, chercher de l’herbe verte (servant de tapis pour les huttes), ... En ville par contre, les bonnes sont souvent utilisées dans des activités génératrices de revenus : vendre des beignets, de la farine, de la braise ou de la glace. Ceci en plus de ses nombreux travaux domestiques. 

 
Source : Afrik.com 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03.01.12 19:01    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com