FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
Le résumé de texte

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Techniques d'expression - Théorie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noureddine
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2010
Messages: 709
Masculin
Point(s): 1 913

MessagePosté le: 21.03.11 11:09    Sujet du message: Le résumé de texte

I- Éliminez les difficultés de vocabulaire : 
Après une première lecture (écoute) attentive, relevez les mots difficiles et cherchez-en le sens en vous aidant d'abord du texte, puis d'un dictionnaire. 
  
II- Dégagez le thème général, les idées directrices : 
De quoi parle-t-on ? Que cherche-t-on à nous démontrer ou que veut-on nous faire comprendre ? 
Une seconde lecture (écoute) attentive vous aidera à dégager le sujet du texte et l'essentiel de son argumentation (si c'est un texte d'idées). 
  
III- Soulignez les points principaux dans le texte : 
Utilisez pour ce travail de repérage un crayon de manière à pouvoir rectifier en cas d'erreur (gomme). Il arrive en effet fréquemment que l'on prenne une idée secondaire pour une idée principale. 
Ne vous fiez pas totalement à la disposition en paragraphes, car les idées ne suivent pas nécessairement ce découpage. 
  
IV- Repérez les articulations logiques : 
L'articulation du raisonnement est fréquemment indiquée par des liaisons logiques que vous devez repérer (en les encadrant, par exemple): de plusmaisnéanmoinspar conséquentdonc, etc. Ces mots de liaison indiquent les relations de cause, de conséquence, d'opposition, de restriction, etc.(Cf le tableau plus bas) 
  
  
V- Dégagez le plan détaillé du texte: 
Reprenez les idées principales (soulignées dans le texte). Ordonnez votre plan en hiérarchisant les parties et les sous-parties: 
I.  idées principales, 
1. arguments appuyant ces idées, 
a. exemples illustrant les arguments. 
  
VI- La rédaction du résumé: 
Vous êtes maintenant en mesure de composer votre résumé. Attention ! 
  • Ne présentez pas le texte et n'utilisez donc pas de formules telles que «l'auteur déclare que... démontre que... »
  • Ne prenez pas de « distance » avec le texte: vous devez produire dans le même ordre une version condensée, mais fidèle.
  • Ne reprenez pas les citations du texte. Mais les mots clés sont permis, et à la rigueur une formule significative (notée entre guillemets).
Votre effort consistera à éliminer sans hésitation tout ce qui est d'un intérêt secondaire (illustrations d'une idée, exemples d'appui, chiffres et pourcentages superflus...). 
  
  
VII- Vérification et relecture: 
Cette étape est indispensable. Relisez une première fois pour vérifier la cohérence de vos propos, leur enchaînement. 
Comptez vos mots (faites figurer le nombre de mots utilisés à la fin du résumé). Vous devez réduire le texte de l'auteur au quart de sa longueur environ (marge de 10% en plus ou en moins admise). 
Si vous constatez une trop grande différence, relisez une seconde fois plus attentivement, afin de retrancher des mots (phrases à contracter davantage) ou d'en ajouter (éléments à reprendre dans le plan). 
  
EXEMPLE : 
  
I- Le texte à résumer: 
  
SAVOIR S'ALIMENTER 
   Les experts du monde entier — médecins, biologistes, nutritionnistes, diététiciens — sont formels : il existe des relations irréfutables entre la plupart des grandes maladies du monde industriel et la surconsommation ou le déséquilibre alimentaire. Maladies cardiaques, attaques, hypertension, obésité, diabète, dégradation de la qualité de la vie du 3e âge, tel est le lourd tribut que nous devons payer pour trop aimer la viande, les graisses ou le sucre. Jour après jour, année après année, nous préparons le terrain aux maladies qui nous emporteront prématurément. 
   Le tiers monde meurt de sous-alimentation... et nous de trop manger. Pléthore ou carence : les maladies de la malnutrition ou de la sous-alimentation tuent probablement dans le monde d'aujourd'hui plus que les microbes et les épidémies. Et pourtant sauf dans le tiers monde, on s'est peu intéressé jusqu'ici à la nutrition. Surtout en France. C'est bien connu : nous avons tous, ici, la faiblesse de croire que ce qui touche aux plaisirs de la table est comme notre seconde nature. On n'a rien à nous apprendre en ce domaine. D'ailleurs, quoi de plus triste qu'un « régime », « une diète », le « jeûne » ou l' « abstinence ». Il faut bien, à la rigueur, y recourir pour traiter des maladies, mais pas pour préserver sa santé, ou plus simplement pour vivre mieux et plus longtemps. 
   Les biologistes vont plus loin : ce que nous mangeons influencerait notre manière de penser et d'agir. Comme le disent si bien les Anglais : « You are what you eat », vous êtes ce que vous mangez. Et les Français d'ajouter : « On creuse sa tombe avec ses dents. » Il ne s'agit donc plus aujourd'hui de perdre quelques kilos superflus mais tout bonnement de survivre. D'inventer une diététique de survie. Nous avons la mort aux dents. Il est grand temps de réagir. 
   Mais comment ? Pendant des millénaires les hommes ont cherché à manger plus. Faut-il aujourd'hui leur demander de manger moins ? Peut-on aller contre des habitudes aussi enracinées ? Beaucoup estiment que toute ingérence dans leur mode d'alimentation est une véritable atteinte à leur vie privée. Manger est devenu si banal et si évident qu'on n'y prête plus guère attention. La plus grande diversité règne en matière d'alimentation. Il en va de même des hommes. Les besoins sont très différents selon les individus. Inégaux dans notre façon d'assimiler une nourriture riche, nous le sommes aussi devant les aliments : certains adaptent à leurs besoins ce qu'ils mangent et boivent. D'autres ne peuvent résister à la tentation. Certains grossissent facilement, d'autres ne prennent jamais de poids. D'autres encore ne parviennent pas à grossir, même s'ils le souhaitent. Les facteurs héréditaires viennent ajouter à la complexité des phénomènes et des tendances. L'environnement ou le terrain moduleront à leur tour ces influences.       C'est pourquoi, il apparaît bien difficile sinon impossible de communiquer des règles de vie ou d'équilibre adaptées à chaque cas. 
  
Stella et Joël de Rosnay, La Mal Bouffe, éd. Olivier Orban.  
  
  
I. La préparation et la rédaction du résumé: 
1.    Difficultés de vocabulaire: 
Vérifiez le sens de : 
-         nutrition ; 
-         biologistes ; 
-         nutritionnistes ; 
-         diététiciens ; 
-         irréfutable ; 
-         dégradation de la qualité de la vie ; 
-         ingérence. 
Distinguez : 
-         surconsommation et déséquilibre alimentaire ; 
-         sous-alimentation et malnutrition ; 
-         pléthore et carence ; 
-         diète / abstinence / jeûne. 
Le thème : 
Savoir s'alimenter: une urgence du monde moderne difficile à résoudre. 
Le plan: 
Idée majeure: selon les spécialistes, il existe une relation entre les déséquilibres alimentaires (surconsommation ou carences) et les maladies du monde moderne. 
  • Illustration: exemples de maladies et d'altérations de la qualité de la vie, dues à notre négligence quotidienne.
  • Précisions: diversité des causes. Il faut distinguer entre la sous-alimentation qui touche le tiers monde et la pléthore de nourriture qui nous concerne.
II. Un paradoxe: « Et pourtant... » 
  • Énonciation: l'opinion publique en général (surtout française) se désintéresse de ce problème.
  • Les raisons de ce « refus »:
-         Tradition nationale ou seconde nature: les Français aiment les plaisirs de la table. 
-         Répugnance instinctive pour toute forme de privation (tristesse des « régimes »). 
-         Une seule exception: on accepte l'effort de la privation pour traiter une maladie, non pour prévenir ou préserver sa santé. 
  
III. Une réflexion complémentaire à l'appui de l'idée principale 
Du régime alimentaire dépend non seulement la santé du corps, mais aussi l'état mental et intellectuel. 
  
IV. Une interrogation sur les solutions possibles 
Comment régler au mieux l'alimentation ? 
Les problèmes qui surgissent sont de deux sortes: 
·        moraux: résistance des habitudes, souci de protéger sa vie privée ; 
·        psychologiques et scientifiques (diététiques): 
·        liés à une grande diversité de cas particuliers (différences entre les besoins, entre les facteurs héréditaires, entre les environnements). 
  
V. Conclusion: La difficulté d'un réglage universel du régime alimentaire. 
  
La rédaction du résumé : 
  
En matière de nutrition et de médecine, les plus grands spécialistes s'accordent pour reconnaître une indéniable relation entre les mauvaises habitudes alimentaires comme la suralimentation ou la malnutrition et les maladies spécifiques du monde moderne, sur le plan physique et sur le plan psychique. 
Or, paradoxalement, on constate un désintérêt des populations pour les problèmes de la nutrition. Il est donc urgent de remédier à cette situation. Mais on se heurte alors à des problèmes multiples et complexes: notamment la résistance au changement d'habitudes alimentaires ancestrales et la diversité des facteurs impliqués dans le phénomène de la nutrition comme les facultés de digestion, la volonté individuelle, les causes génétiques, ou encore les influences du cadre de vie.  
C'est pourquoi les solutions générales sont très difficiles, sinon impossibles à établir. 
  
(Nombre de mots utilisés: 129, pour un texte de 492 mots.) 
  
Les relations logiques (connecteurs): 
1. Des relations implicites ou explicites: 
Les relations logiques sont parfois implicites. C'est alors au lecteur de les déceler à travers certains indices : 
  
La ponctuation 
-         les deux points ":" peuvent introduire un exemple, 
-         les parenthèses "( )" intégrer un détail supplémentaire, 
-         le point d'interrogation "?" annoncer une explication. 
  
·        La juxtaposition de deux arguments qui forment une suite logique. 
·        La composition du texte en paragraphe. 
·        Le jeu des temps verbaux. 
Dans d'autres cas, les relations entre les différents points du raisonnement sont explicites par des connecteurs logiques: adverbes, conjonctions de coordination ou de subordination. 
   
2. Tableau des principaux mots de liaison: 
  
Relation logique   
Connecteurs (articulations) logiques / mots de liaison  
Addition ou gradation  
et, de plus, en outre, par ailleurs, surtout, puis, d'abord, ensuite, enfin, d'une part, d'autre part, non seulement ... mais encore, voire, de surcroît, d'ailleurs, avec, en plus de, outre, quant à, ou, outre que, sans compter que .....  
Classer   
puis, premièrement..., ensuite, d'une part ... d'autre part, non seulement ... mais encore, avant tout, d'abord .....  
Restriction ou opposition  
mais, cependant, en revanche, or, toutefois, pourtant, au contraire, néanmoins, malgré, en dépit de, sauf, hormis, excepté, tandis que, pendant que, alors que, tant + adverbe + adjectif + que, tout que, loin que, bien que, quoique, sans que, si ... que, quel que + verbe être + non .....  
Cause  
car, parce que, par, grâce à, en effet, en raison de, du fait que, dans la mesure où, à cause de, faute de, puisque, sous prétexte que, d'autant plus que, comme, étant donné que, vu que, non que .....  
Indiquer une conséquence  
ainsi, c'est pourquoi que, en conséquence, par suite, de là, dès lors, par conséquent, aussi, de manière à, de façon à, si bien que, de sorte que, tellement que, au point ... que, de manière que, de façon que, tant ... que, si ... que, à tel point que, trop pour que, que, assez pour que .....  
Condition ou supposition ou hypothèse  
si, peut-être, probablement, sans doute, éventuellement, à condition de, avec, en cas de, pour que, suivant que, selon (+ règle de "si"), à supposer que, à moins que, à condition que, en admettant que, pour peu que, au cas où, dans l'hypothèse où, quand bien même, quand même, pourvu que....  
Comparaison ou équivalence ou parallèle  
ou, de même, ainsi, également, à la façon de, à l'image de, contrairement à, conformément à, comme, de même que, ainsi que / aussi ... que, autant ... que, tel ... que, plus ... que, plutôt ... que, moins ... que.....  
But  
pour, dans le but de, afin de, pour que, afin que, de crainte que, de peur que.....  
Indiquer une alternative  
ou, autrement, sinon, soit ... soit, ou ... ou.....  
Expliciter  
c'est-à-dire, en effet, en d'autres termes.....  
Illustrer  
par exemple, c'est ainsi que, comme, c'est le cas de.....  
Conclure (utilisé surtout pour la conclusion d'une production écrite)  
au total, tout compte fait, tout bien considéré, en somme, en conclusion, finalement, somme toute, en peu de mots, à tout prendre, en définitive, après tout, en dernière analyse, en dernier lieu, à la fin, au terme de l'analyse, au fond, pour conclure, en bref, en guise de conclusion.....  
 
  
    
  
  
  
  

_________________
A cœur vaillant rien d'impossible.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 21.03.11 11:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Techniques d'expression - Théorie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com