FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
Quel est l’intérêt de la liberté de la presse?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noureddine
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2010
Messages: 709
Masculin
Point(s): 1 913

MessagePosté le: 15.03.11 18:31    Sujet du message: Quel est l’intérêt de la liberté de la presse?

Quel est l’intérêt de la liberté de la presse?
 
Aucune famine véritable ne s’est jamais produite dans un pays où la presse est relativement libre, écrit le lauréat du prix Nobel Amartya Sen. Le professeur d’économie mondialement célèbre prétend que les médias indépendants donnent en outre la parole aux personnes négligées et désavantagées tout en empêchant simultanément les gouvernements de se couper de la critique publique.  
  
     Il n’est pas toujours facile d’aimer les médias. La presse peut tourmenter et harceler les gens en dénaturant les faits, et également détruire leur existence en s’immisçant délibérément dans leur vie privée. La possibilité de faire le bien a souvent pour corollaire la capacité de nuire, et la presse libre ne fait pas exception à cette règle. La presse devrait faire tout son possible pour minimiser l’abus de pouvoir (l’examen personnel des faits peut y contribuer de même que la concurrence), mais nous devrions également essayer de comprendre clairement en quoi et comment la liberté de la presse peut enrichir la vie de l’homme, favoriser la justice publique, et même contribuer à promouvoir le développement économique et social. La liberté de la presse est importante pour un ensemble de raisons, et il est utile de distinguer les diverses contributions qu’elle peut apporter.  
  
     La première - et peut-être la plus élémentaire - est la contribution directe qu’apporte la liberté d’expression en général et la liberté de la presse en particulier à la qualité de nos vies. Nous avons suffisamment de raisons de vouloir communiquer les uns avec les autres et de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. La liberté de la presse est essentielle pour nous permettre d’y arriver. L’absence de presse libre et l’interdiction faite aux personnes de communiquer entre elles ont pour effet de réduire directement la qualité de la vie humaine, même si le pays autoritaire qui impose cette interdiction se révèle très riche en termes de produit national brut (PNB).  
  
     Deuxièmement, outre la contribution directe apportée par la liberté de la presse à la qualité de la vie, la presse exerce également une fonction protectrice importante en donnant la parole aux personnes négligées ou défavorisées, ce qui peut grandement contribuer à assurer la sécurité. Les dirigeants d’un pays sont souvent protégés, dans leur vie personnelle, de la misère qui affecte les gens ordinaires. Ils peuvent traverser un fléau national, comme une famine ou une autre catastrophe, sans partager le sort des victimes. Toutefois, s’ils doivent faire face à la critique publique dans les médias et affronter des élections face à une presse non censurée, ces dirigeants rendre des comptes, ce qui les incite fortement à prendre à temps les mesures nécessaires pour éviter de telles crises.  
  
     On ne s’étonnera donc pas qu’aucune famine véritable ait jamais vu le jour dans un pays indépendant doté d’une forme de gouvernement démocratique et d’une presse relativement libre. Les grandes famines ont eu lieu sous des régimes coloniaux et autoritaires (comme l’Inde britannique), des régimes militaires répressifs (comme l’Ethiopie ou le Soudan ces dernières décennies), et des Etats à parti unique (comme l’Union soviétique dans les années 30, la Chine entre 1958 et 61, le Cambodge dans les années 70, ou la Corée du Nord ces dernières années). Même si la proportion de la population nationale affectée par une famine excède rarement 10 pour cent (ce qui peut être insignifiant au plan électoral), le fait de débattre publiquement de la nature d’une telle catastrophe peut en faire un puissant enjeu politique.  
  
     La famine de 1943 au Bengale, dont j’ai été témoin en tant qu’enfant, a été favorisée non seulement par l’absence de démocratie dans l’Inde coloniale, mais aussi par les sévères restrictions imposées à la presse indienne dans ses articles et ses critiques, si bien que même le Parlement britannique ignorait la misère qui sévissait dans la colonie. Cette catastrophe ne fit l’objet d’une véritable attention politique qu’après qu’Ian Stephens, le courageux rédacteur en chef du Statesman de Calcutta (qui appartenait alors aux Britanniques) ne se décide à sortir du rang et à publier les 14 et 16 octobre 1943 des récits illustrés et des éditoriaux cinglants. Ses articles eurent immédiatement un puissant retentissement dans les milieux dirigeants de l’Inde britannique et déclenchèrent des discussions enflammées au sein du Parlement de Westminster. Cela entraîna, en retour le début - enfin - d’une opération visant à secourir la population. La famine disparut finalement, mais en ayant tué entre temps des millions de personnes.  
  
     Troisièmement, la presse joue un rôle d’information fondamental dans le sens où elle diffuse la connaissance et permet l’examen critique. Ce rôle d’information s’exerce non seulement à travers les articles spécialisés (sur les progrès scientifiques ou les innovations culturelles, par exemple), mais aussi en tenant le public informé de ce qui se passe et où ces événements ont lieu. En outre, le journalisme d’investigation peut dévoiler des informations qui autrement seraient passées inaperçues, ou auraient même été ignorées.  
  
     Le rôle d’information de la presse libre a également des conséquences sur la prévention des catastrophes naturelles. Prenez par exemple la famine chinoise de 1958 à 61, qui a causé la mort de 23 à 30 millions de personnes. Bien que le gouvernement chinois était fermement résolu à supprimer la faim dans le pays, il n’a pas véritablement reconsidéré sa politique désastreuse (associée au peu judicieux “Grand bond en avant") durant ces trois années de famine. Cette non-révision a été rendue possible non seulement par l’absence d’une opposition politique et d’une critique indépendante de la part des médias (j’ai déjà discuté de ce lien), mais aussi en raison du fait que le gouvernement chinois lui-même ne voyait pas la nécessité de modifier sa politique, car il n’avait pas assez d’informations sur l’ampleur de l’échec du Grand bond en avant. Du fait de l’absence d’une presse libre et d’autres modes de communication publique, les informations étaient extrêmement rares, et les dirigeants locaux de l’ensemble du pays étaient respectivement sous l’impression que s’ils avaient échoué pour leur part, les autres régions avaient réussi. Cela poussait chaque unité locale à concocter ses propres données agricoles de manière à faire croire que tout allait bien. La totalité des chiffres annoncés gonflaient considérablement les propres estimations du gouvernement chinois concernant le montant total des céréales disponibles dans le pays. En fait, cela a même conduit les autorités centrales chinoises, au point le plus fort de la famine, à croire à tort que le pays disposait de 100 millions de tonnes de céréales de plus qu’il n’en avait réellement. Les informations perdues en raison d’une censure de la presse imposée par un gouvernement autoritaire non seulement trompent le public, mais peuvent aussi induire en erreur le gouvernement lui-même avec les risques que cela comporte.  
  
     Enfin, l’acquisition de valeurs fondées sur la connaissance et non sur l’embrigadement nécessite une véritable ouverture dans la communication et le débat. La liberté de la presse est vitale pour ce processus. En effet, l’acquisition de valeurs est un processus interactif, et la presse joue un rôle majeur en favorisant ces interactions. De nouvelles normes et priorités (comme celle des familles limitées à travers le contrôle des naissances, ou d’une meilleure reconnaissance de la nécessité de l’égalité des sexes) émergent à travers le débat public, et c’est à travers la discussion publique, là aussi, que se propagent les nouvelles normes dans les différentes régions.  
  
     "Personne n’est une île, entière en elle-même”, nous a dit John Donne. Et pourtant, les politiques de censure tentent de nous isoler les uns des autres. Cette répression appauvrit nos existences, limite nos connaissances, détruit notre humanité, et affecte notre capacité à apprendre les uns des autres. Pour surmonter ces handicaps, nous avons besoin de la liberté de communication, y compris de la liberté de la presse. Que peut-il y avoir de plus important ?  
  
Amartya Sen a écrit cet article exclusif pour l’Association Mondiale des Journaux  
à l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la presse du 3 mai. 

_________________
A cœur vaillant rien d'impossible.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 15.03.11 18:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com