FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
Il faut interdire le tabac

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Empereur
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2011
Messages: 131
Masculin
Point(s): 324

MessagePosté le: 14.02.11 09:56    Sujet du message: Il faut interdire le tabac

   Le scandale du Mediator, au coeur d'un noeud de conflits d'intérêts, est exemplaire d'une inquiétante dérive de notre système de santé. Il a déjà eu deux effets positifs en conduisant à mieux surveiller une longue liste de médicaments aux effets secondaires incertains et à mieux contrôler les relations entre les experts qui autorisent la mise sur le marché de molécules nouvelles et les laboratoires qui les produisent.  
   Ce qui est ahurissant, c'est que personne, absolument personne, ne se demande pourquoi on ne traite pas avec la même sévérité un produit totalement inutile, à la nocivité aujourd'hui avérée, consommé chaque jour par 1,3 milliard de personnes dans le monde et qui fait chaque année 5 millions de morts, soit plus que le sida et le paludisme réunis. La consommation de ce produit entraîne d'immenses dépenses de santé et réduit partout la productivité des entreprises, qui doivent laisser à leurs employés des pauses pour s'empoisonner en toute légalité. Pourtant, on laisse les fabricants le produire et le vendre sur toute la planète. Et presque partout, en faire la publicité.  
   Ce produit, c'est le tabac. 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque année. 1 personne en meurt toutes les six secondes. Il a tué 100 millions d'êtres humains au xxe siècle, soit deux fois plus que la Seconde Guerre mondiale. A ce rythme, selon l'OMS, il en tuera 1 milliard au XXIe siècle.  
   Certes, des mesures sont prises, pour en réduire l'usage dans les lieux publics et en réduire la visibilité médiatique. Mais elles ne servent à rien. Les jeunes consomment de plus en plus. En France, 25% de la population fume et les ventes de cigarettes ont progressé de 2,6% entre 2008 et 2009. De 2005 à 2010, la part des fumeurs quotidiens chez les 15-75 ans a progressé de 26,9% à 28,7 %; la hausse est particulièrement forte chez les femmes de 45 à 64 ans, de 16% à 22,5%.  
   Pourtant, on n'interdit pas le tabac. Pourquoi? Parce qu'il rapporte beaucoup d'argent aux Etats: en France, en 2009, 10 milliards d'euros de taxes et 3 milliards de TVA. On prétend en réduire l'usage par la hausse des prix. Hypocrisie: la hausse des prix ne fait qu'augmenter les profits des compagnies et les revenus des Etats, coupables de complicité d'empoisonnement. Hypocrisie encore : on ose parler de principe de précaution, alors qu'on ne l'applique pas dans ce cas indiscutable.  
   Mieux, ou pire, on parle d'une taxe mondiale sur le tabac: 0,05 dollar perçu sur chaque paquet dans les pays riches et 0,01 dollar dans les pays pauvres rapporteraient 7,7 milliards de dollars par an, qu'on pense utiliser pour soigner le sida. Ironie: tuer d'une main pour soigner de l'autre.  
   Il ne faut plus tergiverser. Tout est clair, désormais: il faut interdire la production, la distribution et la consommation de tabac. On détruirait quelques emplois; les Etats perdraient quelques recettes; on encouragerait pour un temps le marché noir; on devrait faire quelques dépenses pour désintoxiquer ceux qui sont accros. Mais on gagnerait tant en qualité et en espérance de vie que le bilan, même économique, serait partout positif.  
   C'est aujourd'hui un combat d'évidence. Et, pour ma part, j'attendrai avec intérêt la réponse des candidats à l'élection présidentielle à cette question simple: allez-vous interdire le tabac?  

 
Par Jacques Attali, source : http://www.lexpress.fr 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14.02.11 09:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Empereur
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2011
Messages: 131
Masculin
Point(s): 324

MessagePosté le: 14.02.11 10:01    Sujet du message: Il faut interdire le tabac

Le tabac est-il une drogue? Si oui, pourquoi permet-on la vente du tabac?
Le tabac est reconnu comme une drogue; c'est à dire qu'il contient un principe actif (la nicotine) qui agit sur le cerveau. Lorsque la concentration de nicotine injectée par une cigarette diminue dans le sang, cela se traduit au niveau du cerveau par un "manque", une appétance envers le produit. C'est bien là la caractéristique d'une drogue: elle agit par son absence. Le fait de manquer de nicotine produit un stress qui disparaît instantanément dès que l'on absorbe une nouvelle dose, par la cigarette suivante.  

 
Donc vous l'avez compris: fumer est une réaction en chaîne qui n'a pas de raison de s'arrêter d'une manière "naturelle". Bien que ce soit une drogue, le tabac est cependant une drogue licite. Son absorption ne provoque pas d'effets secondaires immédiats, et ne met pas immédiatement la vie de celui qui le consomme en danger. Ce n'est pas le cas d'autres drogues, telles que l’héroïne ou la cocaïne, ou le cannabis, ou même l'alcool!  

 
En France, la vente du tabac est très réglementée. Et pour cause, comme tout dealer qui se respecte, l'Etat ponctionne ses victimes sans la moindre arrière pensée. Il le fait par le biais des bureaux de tabac: un fumeur n'ayant pas de raison particulière de s'arrêter, il est une source de revenus pour la vie en achetant régulièrement son ou ses paquets dont il ne peut se passer. Ironie du sort, une partie des bénéfices engrangés par la taxe sur les cigarettes sert à financer la médecine et la lutte contre le cancer. Grosso-modo, au lieu de colmater la fuite, on récupère l'eau avec un seau et on la remet dans le tuyau, avec un peu de perte à chaque fois! 

 
Source : Internet 


Revenir en haut
Empereur
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2011
Messages: 131
Masculin
Point(s): 324

MessagePosté le: 14.02.11 10:17    Sujet du message: Il faut interdire le tabac

Même sans loi, fini la cigarette au bureau  
 
La proposition de loi visant l'interdiction totale de la cigarette dans tous les lieux publics clos, présentée aujourd'hui lors d'un colloque à l'Assemblée nationale par le député UMP du Bas-Rhin Yves Bur, a peut-être peu de chance de voir le jour, pour cause d'élection présidentielle en 2007. Les chefs d'entreprise - qu'ils soient pour ou contre la loi, comme les patrons de bars ou de restaurants - ne pourront cependant pas attendre jusque-là pour mettre un terme à la tolérance qui règne dans la plupart des entreprises françaises vis-à-vis des fumeurs. Selon un arrêt de la Cour de cassation du 29 juin dernier, tout employeur exposant ses salariés aux risques du tabagisme passif est hors la loi. « Je passais pour la casse-pieds du service » « Pour la première fois, la Cour a donné raison à une employée qui avait attaqué son patron pour avoir été soumise à la fumée des autres salariés, explique Nicolas Villain, directeur adjoint de Comité national contre le tabagisme (CNCT). Cette décision a valeur de jurisprudence. S'ils ne veulent pas une série de procès, les chefs d'entreprise ne peuvent pas faire autrement que d'interdire totalement la cigarette. » Celle qui fait trembler tous les patrons depuis le mois de juin, c'est Francine Lefèbvre, une simple mère de famille de Cergy (Val-d'Oise) qui ne supportait plus d'être intoxiquée par les volutes de ses collègues de travail. L'affaire remonte à 2000. « Cela faisait un an que je subissais le tabagisme d'une secrétaire avec laquelle je partageais mon bureau, raconte Francine. Je lui avais demandé à plusieurs reprises d'aller fumer ailleurs, en vain. Du coup, j'ai écrit au patron pour qu'il fasse quelque chose, sans résultat. » Souffrant de graves troubles respiratoires, Francine qui est une ancienne fumeuse, n'en peut plus. Ironie de l'histoire, la société qui l'emploie fabrique des extincteurs et des panneaux de signalisation contre les incendies et... le tabac ! « Je passais pour la casse-pieds du service, se souvient Francine. Cette exclusion, associée aux maux de tête, à la toux et aux problèmes d'asthme, m'a fait sombrer dans une grave dépression. » Francine est arrêtée par son médecin. Quelque mois plus tard, elle démissionne. « Persuadée d'être dans mon bon droit, je suis allée aux prud'hommes. C'était une démission forcée à cause du tabac. » L'affaire se terminera en juin dernier à la Cour de cassation. Le patron de Francine était tenu, selon la Cour, à une obligation de protection de ses salariés contre le tabagisme. Il a été condamné à verser près de 6 500 à son employée. Une petite somme, mais une grande victoire pour Francine qui a conscience que son acte risque de faire des petits. Le temps des bureaux partagés en deux par une ligne imaginaire distinguant une zone fumeurs et une zone non-fumeurs est donc terminé. Pour s'en griller une en toute légalité, reste la solution des fumoirs - mais leur installation est coûteuse et ils n'empêchent pas la fumée de se glisser hors du « bocal » - ou... le trottoir. De plus en plus d'entreprises, comme Bolloré à Puteaux depuis le 1 e r septembre ou Total à La Défense, choisissent la seconde option. Avec ou sans Yves Bur, les bars et restaurants, qui sont des entreprises comme les autres employant des non-fumeurs, risquent fort de ne pas pouvoir passer à travers les mailles du filet.  
 
Source : Le Parisien.fr 
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:09    Sujet du message: Il faut interdire le tabac

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> BANQUE DE TEXTES -> Textes argumentatifs Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com