FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
Lire un texte court

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hikma
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 24.01.11 21:16    Sujet du message: Lire un texte court

Apprendre à lire, c’est apprendre à construire la signification d’un texte. 
Pour cela le lecteur débutant doit apprendre à mettre en jeu en même temps deux activités différentes : celle qui conduit à identifier des mots écrits, celle qui conduit à en comprendre a signification dans le contexte verbal (texte) et non verbal (support des textes, situation de communication) qui est le leur (extrait du BO du 14/02/02). 
La seconde activité, activité de compréhension du texte écrit diffère peu de l’activité de compréhension sur le langage oral. Il semble qu’un enfant qui n’a pas de difficultés de compréhension à l’oral aborde plus aisément la compréhension d’un texte écrit (voir paragraphe « culture littéraire et implicite »). 
La première activité est spécifique de la lecture. C’est par une plus grande efficacité  dans l’identification des mots que l’apprenti lecteur acquiert de l’autonomie en lecture. 
Ces deux activités doivent être enseignées :  
-          de façon indépendante l’une de l’autre (au cours d’activités décrochées pour des apprentissages spécifiques ) 
-          de façon concomitante dans la mise en œuvre d’une activité réelle de lecture, véritable situation-problème  
Dans le premier cas, l’élève s’exerce aux composantes de l’acte de lire ; dans le second, il apprend une procédure pour construire la signification d’un texte. 
  
Présentation d’une activité réelle de lecture 
-          La démarche décrite ci-dessous a pour objectif de montrer à l’élève toutes les activités qu’il doit mettre en œuvre pour lire un texte : reconnaissance de la nature du contexte, hypothèses sur le contenu, identification des mots, construction de la signification par association des éléments identifiés et vérification de ses hypothèses.  
-          Cette activité de vraie lecture doit être menée régulièrement plusieurs fois par semaine durant toute l’année du CP, voire au début du CE1. 
  
Les variables sont de plusieurs sortes : 
-          le type de texte (fiction, récit de vie, compte-rendu, texte prescriptif…) 
-          la nature du contexte  lié au texte à lire 
-          la mise en page et les caractéristiques externes (titre, police, changements des caractères…) 
-          l’organisation de l’activité (nombre d’élèves, supports individuels ou collectif) : en début d’année, elle est menée collectivement. 
-          le rôle de l’enseignant et de ses interventions 
-          la période de l’année : en début de CP, le texte à lire se réduit à une ou deux phrases. 
  
  Une activité réelle de lecture : mise en œuvre d’une procédure  
Description de la démarche Exemple de situation complexe avec la lecture de « Lapin frileux » extrait de l’album de C. Boujon « Les escargots n’ont pas d’histoires »
Variables  
  Découverte du contexte de l’activité
Les élèves ont une  représentation mentale du domaine auquel ce texte fait référence. Cela leur permet de situer le sujet du texte et d’aller chercher dans le vocabulaire correspondant au thème.
  
 
1ère étape : faire des hypothèses sur l’histoire à partir des  images
Il est question d’un lapin qui a froid et qui trouve un bonnet. On voit aussi un arbre en fleurs et un poêle (mot certainement absent du lexique des élèves)
 
  Nature du contexte
- une légende sous un dessin
- un extrait d’histoire connue des élèves
- la suite d’une histoire dont le début a été lu
- une lettre
  Faire des hypothèses
En fonction de la nature du contexte, les élèves vont parler sur le contenu du texte
Les propositions des élèves sont synthétisées avec quelques mots écrits au tableau  qui serviront à l’identification ultérieure (nom du personnage ou éléments signifiants pour le récit)
 
Cette étape est courte quand le texte à lire est constitué d’une seule  phrase. Elle prend plus de temps dans le cas d’un texte illustré.
 
 
Dans cette activité de lecture d’images interviennent plusieurs éléments constituant une narration : l’ordre logique du récit, la situation du personnage au début et à la fin de l’histoire
 
L’élève doit lire les images dans l’ordre .
L’activité de l’élève est de deux sortes :
- il décrit ce qu’il voit
- il interprète certains détails signifiants (l’arbre est en fleurs, la physionomie du lapin est la même au début et à la fin de l’histoire) pour faire des hypothèses sur l’histoire
 
 
 
 
les supports
- l’élève a devant lui la double page de l’album avec seulement les illustrations.
-  les images sont affichées en grand au tableau (un seul support pour tous les élèves) ; le maître guide probablement la lecture dans l’ordre
 
 
 
 
 
 
 
   
Le maître propose de se mettre d’accord sur une seule version probable
Cela nécessite un débat oral et des échanges d’arguments
Cette version est conservée soit dans la mémoire collective de la classe soit sous forme écrite ce qui amène une activité décrochée de dictée collective à l’adulte.
Au cours de cette 1ère étape, on est passé d’une activité orale à un écrit oralisé. Les écrits produits à la fin de cette étape vont servir au travail d’identification des mots pour l’étape suivante.
 
 
les traces écrites
Plusieurs versions peuvent être retenues.
Si elles sont transcrites, cela suppose un plus long travail d’écriture
 
On peut garder en mémoire les hypothèses émises et ne rien écrire.
On peut choisir les éléments de l’histoire sur lesquels on s’est mis d’accord et les écrire au tableau.
 
2ème  étape : reconnaissance d’éléments textuels et lexicaux
Les élèves repèrent des indices textuels tels que des signes de ponctuation : point, point d’interrogation, guillemets, tirets) et les interprètent (quelqu’un parle, c’est une question)
Ils identifient certains mots :
- soit par la voie directe : ils reconnaissent de façon immédiate un mot et l’oralisent ; les autres élèves valident le mot et donnent le contexte dans lequel il a été rencontré, surtout si tous ne l’identifient pas.
- soit par la voie indirecte : ils reconnaissent un groupe de lettres en faisant référence à un mot connu ( il y a [mar] c’est comme dans [mardi]) et/ou ils décomposent le mot. Il est important de bien faire différencier la lettre, le mot et la syllabe.
 
 
A ce stade, les élèves qui reconnaissent un groupe de lettres, sans avoir déchiffré le mot en entier, et qui l’associent au contexte proposent un mot qui peut convenir ; même si ce mot est exact, ils doivent le justifier en rapprochant ce qu’ils entendent avec ce qu’ils voient écrit.
Les mots identifiés sont écrits au tableau avec leur référent (dessin ou mot contenant la même syllabe : marché-mardi)
L’enseignant lit les quelques mots non identifiables à cette période de l’année.
Si cette chasse aux mots et aux indices connus commence dans le désordre, elle doit progressivement respecter l’ordre de lecture du texte.
 
 
2ème  étape : recherche d’indices
Dans ce dispositif, il y a confrontation de l’histoire imaginée par les élèves avec celle de l’auteur ; il faut que les élèves soient capables de prendre de la distance avec leur version
 
- L’enseignant lit le début de l’histoire « il était une fois » si cette formule est inconnue des élèves.
- les élèves  repèrent les mots ou les indices qu’ils reconnaissent ;

- ils justifient l’identification des mots (par la voie directe si c’est un mot bien connu ou par la voie indirecte « je connais la et j’ai vu pin comme dans pinceau)
 
Chaque nouvel indice est mis en relation avec ce qu’on connaît déjà pour avancer dans la construction du sens
 
Le rôle de l’enseignant est essentiel : il provoque cette mise en relation par ses questions
Cette activité de recueil d’éléments signifiants et de construction  de sens se fait avec des aller et retour réguliers entre le texte et les  hypothèses émises
 
 
 
 
 
 
 
 
 
les référents :
- L’élève fait appel à son répertoire mental personnel : il a la représentation orthographique d’un certain nombre de mots
- les mots importants  de l’histoire sont déjà connus et collectés dans la classe
- des listes analogiques sont constituées avec des mots contenant la même syllabe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La tâche individuelle de chaque élève
- il sort l’étiquette du mot (s’il la possède
- il repère le mot identifié dans son texte en le soulignant ou en l’entourant
- il écrit le mot à côté de son texte
 
3ème étape : oralisation
Le texte est repris au début : les mots identifiés sont oralisés soit de façon syllabique, soit de façon aisée ; les mots sont lus un par un ou bien  regroupés par deux ou plus. Tous les élèves (ou un grand nombre) s’essaient à cette oralisation qui amène petit à petit la construction de la signification du texte.
 
 
Cette activité d’oralisation n’est pas du déchiffrage ; les élèves doivent être capables de redire sans regarder le texte de qui il parle. Quand il est court (une ou deux phrases), les élèves le mémorisent très vite.
 
 
A ce stade, l’élève produit une phrase orale (on est dans l’écrit oralisé) puis vérifie si elle correspond à la phrase du texte en suivant le texte mot à mot
Par ce va et vient entre oral et écrit, l’élève comprend les différences qui existent entre ces deux formes de la langue ; il comprend qu’un mot ne peut pas être lu à la place d’un autre quand il n’est pas composé des bonnes lettres.
 
La lecture littérale du texte se fait ainsi progressivement en prenant appui sur les mots identifiés, les phrases proposées et validées et les marques de ponctuation que les élèves savent interpréter (« il y a des guillemets, ça veut dire qu’un personnage parle »)
 
 
les supports
- l’élève a devant lui la double page complète ( texte et images)
- le texte peut être présenté collectivement ; l’histoire créée collectivement est un document de référence dans lequel il retrouve des mots




 
Si chaque élève travaille sur un texte individuel, cela suppose qu’il se repère facilement dans un texte : il ne confond pas phrase et ligne ; il sait trouver le premier mot et le dernier mot d’une phrase ; il connaît la signification des principales marques de ponctuation (point, point d’interrogation)
 
 
 
 
 
 
 
 


D'après Marianne Asselineau-Borrel 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 24.01.11 21:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hikma
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 24.01.11 21:28    Sujet du message: Lire un texte court

Pour lire un texte rapidement (pratique de la lecture en diagonale), cliquez sur le lien :




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:36    Sujet du message: Lire un texte court

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com