FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
Français - EVALUER

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hikma
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21.01.11 22:11    Sujet du message: Français - EVALUER

Pourquoi évaluer ? 
L’évaluation sommative 
-         Evaluation sommative : mesurer, au moyen de contrôle, de tests ou d’exams, l’efficacité de l’apprentissage par des notes selon des codes différents (chiffres ou lettres) et à faire des sommes et des moyennes qui entrent en ligne de compte pour certifier d’une compétence ou d’un niveau. But : sélectionner selon le résultat. 
-         C’est une évaluation normative : situe la performance de l’élève par rapport à une norme. Elle compare ses résultats à la moyenne des résultat d’un groupe. 
-         Ces évaluations sont très utiles pour le système mais bien moins pour la pédagogie puisqu’elles arrivent trop tard (fin de cursus). 
  
L’évaluation formative 
-         Evaluation formative : pendant l’apprentissage, pour informer le maître et l’élève sur le degré de maîtrise atteint et les difficultés rencontrées ; c’est un guide pour l’élève dans ses apprentissages. L’erreur y est considérée comme passage obligé ; 
-         C’est un allié puissant vers l’autonomie car stimule la prise de conscience et l’analyse de ses actions, c-à-d  la métacognition
-         Moyen de l’évaluation formative : interaction orale et écrite (observation, interprétation) maître-élève centrée sur la tâche de l’élève et sa stratégie. 
-         Pr impliquer l’élève ds le processus d’évaluation : 3 modalités : 
o   Auto-évaluation : l’élève évalue sa propre démarche ou produit de sa démarche, en se servant éventuellement d’un référentiel extérieur (consigne, grille, dico…) 
o   Evaluation mutuelle : 2 ou plusieurs élèves de même statut évaluent réciproquement leurs démarches respectives et/ou produit de démarche en se servant éventuellement d’un référent externe. 
o   Co-évaluation : un élève confronte son auto-évaluation à l’évaluation réalisée par l’enseignant. 
-         Evaluation critériée différente de la normative car aucune comparaison entre des individus mais elle sert uniquement à vérifier si le sujet a bien appris ce qu’il devait => se référer à un objectif précis, préalablement défini. 
-         Evaluation formatrice : forme particulière d’évaluation formative, ne s’accompagne pas forcément de notion : rendre l’élève conscient de son cheminement et pose comme fondement l’importance de l’appropriation des critères d’évaluation (auto-évaluation), autosuggestion des erreurs et maîtrise des processus d’anticipation et de planification de l’action. 
  
L’évaluation diagnostique 
-         Apprécier les acquis des élèves avant d’entreprendre un apprentissage. 
-         Aide à la réflexion sur la progression et la différenciation pédagogique à mettre en place. 
  
  
Evaluer la lecture 
Enjeu de cette évaluation 
-         Aider l’élève à mieux utiliser les capacités, savoirs et savoir-faire acquis => motivation
-         Prévenir l’échec : difficultés souvent ponctuelles, troubles spécifiques (auditifs…) 
-         Lutte contre l’illettrisme (15 % des élèves de 6ème ) : mieux identifier les types de difficultés. 
  
Quoi évaluer ? 
-         Lire c’est apprendre à mettre en jeu en même temps 2 activités très différentes : identifier des mots écrits et comprendre la signification dans le contexte verbal (texte) et non verbal (support des textes, situation de communication), compréhension littérale et compréhension fine (inférences). 
-         Cycle 2 : appropriation du code graphophonétique et outils spécifiques de lecture (voies d’accès à l’identification des mots : directe/indirecte
-         Cycle 3 : aspects morphologiques et orthographiques de la langue. 
  
Comment évaluer ? 
-         Tenter de comprendre, surtout au CP, la conception de l’écrit et la nature de leurs rapports avec la culture écrite et son apprentissage
-         Rappel d’un récit ou reformulation d’un texte lu : mais nécessite une bonne maîtrise de la production orale ou écrite. 
-         Question (oral, écrit, QCM, vrai/faux, ouvertes) après lecture silencieuse : même besoin de maîtrise  
-         QCM et vrai-faux : risque de réponses aléatoires. 
  
  
Evaluer la production d’écrit 
La correction traditionnelle 
-         Evaluation sommative traditionnelle  ne tient pas compte de la réalité de cet apprentissage : tout est évalué alors que le CP est différent du CM, normative car elle compare la performance d’un individu à celles d’un groupe. 
-         Correction + sur la forme que sur le fond => cloisonnement des activités
-         Place terminale et évaluative de rédaction. 
-         Annotation de correction injonctives sont presque toujours sans explication ni preuve
  
L’évaluation critériée 
-         Recherche INRP en didactique du français par le groupe EVA a aboutit à une grille de critères ci-après qui n’est pas à confondre avec une grille d’évaluation formative à usage des élèves. 
-         La numérotation des cases correspond à l’importance didactique : unité « texte » du point de vue pragmatique. 
-         Point de vue morphosyntaxique : relation des signes entre eux (grammaire traditionnelle) : accords, conjugaison… 
-         Point de vue pragmatique : relation entre message et ses utilisateurs : faits strictement linguistiques (texte commençant par « il » : Qui est « il » ?), faits relevant de sociologie de la communication qui déterminent l’interprétation (but visé : informer ? décrire ?…) 

 

Tableau EVA :
                         Unités
 Points de vue  
Texte dans son ensemble 
Relations entre phrases 
Phrase 








Pragmatique
L’auteur tient-il compte de la situation (qui parle ou est censé parler ? à qui ? pour quoi faire ?) ?
Le type d’écrit est-il adapté (lettre, fiche,…)
L’écrit produit-il l’effet recherché  (informer, convaincre, faire rire…)
La fonction du guidage du lecteur est-elle assurée ? (utilisation d’organisateurs textuels : d’abord, ensuite, enfin…)
La cohérence thématique est-elle satisfaisante ? (progression de l’information, absence d’ambiguïté dans les enchaînements…)
La construction des phrases est-elle
Variée, adaptée au type d’écrit ? (diversité dans le choix  des informations mises en  tête de phrase…)
Les marques de l’énonciation sont-elles interprétables, adaptées ? (système du récit ou du discours, utilisation des démonstratifs…)






Sémantique
L’information est-elle pertinente et cohérente ?
Le choix du type de texte est-il approprié (narratif, explicatif…) ?
Le vocabulaire dans son ensemble et le registre de langue sont-ils homogènes et adaptés à l’écrit produit ?
 
La cohérence sémantique est-elle assurée ? (absence de contradiction d’une phrase à l’autre, substituts nominaux appropriés, explicites…)
L’articulation entre les phrases ou les propositions est-elle marquée efficacement (choix des connecteurs : mais, si, donc, or…)
Le lexique est-il adéquat ? (absence d’imprécisions ou de confusions portant sur les mots)
Les phrases sont-elles sémantiquement acceptables ? (absence de contradictions, d’incohérences…)






Morphosyntaxique
Le mode d’organisation correspond-il au(x)  type( s) de texte(s) choisi(s) ?
Le système des temps est-il pertinent ?
Les valeurs de temps verbaux sont-elles maîtrisées ?
La cohérence syntaxique est-elle assurée ? (utilisation des articles définis, des pronoms de reprise…)
La cohérence temporelle est-elle assurée ?
La concordance des temps et des modes est-elle respectée ?
La syntaxe de la phrase est-elle grammaticalement acceptable ?
La morphologie verbale est-elle maîtrisée ? (absence d’erreurs de conjugaison)
L’orthographe répond-elle aux normes ?






Aspects matériels
Le support est-il bien choisi ?
La typographie est-elle adaptée ?
L’organisation de  la page est-elle satisfaisante ?
La segmentation des unités de discours est-elle pertinente ? (organisation en paragraphes, disposition typographique avec décalage, sous-titres…)
La ponctuation délimitant les unités de discours est-elle maîtrisée ? (points, ponctuation du dialogue…)
La ponctuation de la phrase est-elle maîtrisée ?
(virgules, parenthèses…)
Les majuscules sont-elles utilisées conformément à l’usage ? (en début de phrases, pour les noms propres…)

 
Evaluer, réviser, réécrire 
-         Grand importance de l’évaluation pour l’élève car source d’information sur les notions visées
-         Mais effets pervers parfois : adpatation des production ou du comportement à ce qu’il perçoit comme attentes. 
-         Evaluation formative s’appuyant sur des critères bien identifiés donne de meilleurs repères à l’élève que d’autres évaluations. 
-         Révision : savoir-faire complexe : 
o   Les élèves ne commettent pas d’erreurs « exprès » => difficulté de repérer ses erreurs => besoin d’une co-évaluation avant auto-évaluation 
o   Relation lecture-écrit : interaction active 
o   Relecture en cours d’écrit, distanciée et centrée sur différents aspects du texte 
o   Réécriture ciblée et organisée 
o   Ecrit différent d’un reflet fidèle d’une pensée prééxistante mais c’est le résultat d’un travail sur le langage et le sens. 
-         Réécriture : lieu de la construction de la compétence d’écrire
-         Brouillon : bon outil d’analyse => ratures permettent de voir où sont les difficultés, ce sur quoi l’élève travaille, les questions qu’il se pose. 

 
d'après Helena Rodrigues 
   


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 21.01.11 22:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com