FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
1/ REFLEXION SUR LA MISE EN APPLICATION DES ACTIVITES DE TRADUCTION

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noureddine
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2010
Messages: 709
Masculin
Point(s): 1 913

MessagePosté le: 18.01.11 00:22    Sujet du message: 1/ REFLEXION SUR LA MISE EN APPLICATION DES ACTIVITES DE TRADUCTION


1/ REFLEXION SUR LA MISE EN APPLICATION DES 


 
         ACTIVITES DE TRADUCTION 
 



« Qui ne connait aucune langue étrangère ne connait pas, à fond, la sienne propre. »





Goethe



   La circulaire n 77 /3.0.0/ 10 du 4Juillet 2010 portant sur l’intégration des activités de traduction didactique dans l’enseignement des langues étrangères a eu pour mérite de briser un tabou. Elle est, en soi, une avancée et un progrès indéniable quant à la nécessité de recourir à la traduction pédagogique d’autant qu’elle souligne l’importance et la cohésion de la langue étrangère.



A/ Pourquoi intégration des activités de traduction ?



Langue maternelle = langue d’enseignement= langue arabe.



    La langue arabe est la langue de communication, elle permet les échanges entre les élèves et les enseignants dans la classe et à l’extérieur. C est un vecteur oral et écrit de transmission des connaissances dans toutes les matières. C’est un instrument disponible et, à ce titre, elle est commune aux élèves et aux enseignants.
Par opposition, la langue étrangère (quand on se situe sur le plan national) n’est, pour les élèves, ni un outil de communication, ni un vecteur de transmission de connaissances, au sein de l’établissement scolaire, de la famille et par extension dans la société dans laquelle ils évoluent. Dès lors, elle apparaît à l’élève comme secondaire, dénuée de sens car non rattachée à son environnement immédiat commun et affectif.
Il fallait donc trouver des solutions médianes, de ménager des transitions et de prévoir des couloirs fonctionnels : « un espace commun, un facteur de cohésion entre les deux langues. » Chacun acceptant de faire un effort hors de son domaine et de son propre langage technique pour s’aventurer dans un domaine dont il n’est pas le propriétaire exclusif, et donc passer d’une langue à une autre par le biais d’activités réfléchies , planifiées , ciblées qui tiennent compte des réalités et des besoins de l’élève et de sa classe . Et c’est là tout l’intérêt d’une pédagogie interdisciplinaire : l’interdisciplinarité étant une des clés de l’approche par compétence. Ce concept doit se comprendre ici, c’est à dire dans cette intégration des activités de traduction, comme l’utilisation, l’association et la coordination de ces deux disciplines dans une approche intégrée des problèmes.





12





Pourquoi des activités de traduction pédagogiques ?




De la langue française vers l’arabe
De la langue arabe vers la langue française.
Privés de leur langue d’enseignement, les élèves sont privés de langage : c’est avec la langue arabe que les élèves se sont structurés et qu’ils possèdent de véritables repères familiers et sécurisants de la  communication. Elle est spontanée, elle appartient à leurs vécus, acquise par contact avec leurs milieux, liée à leur vie affective et à son développement (épanouissement).
La langue étrangère est une langue qui a un concept scientifique c’est -a- dire un caractère conscient, organisé, structuré, mais éloigné de la réalité subjective, de ses racines, de son vécu. Ce passage « pédagogique » d’une langue à une autre va permettre de faire sortir l’élève de son repli sur soi, de son mutisme, de son refus de participer, de son agressivité, de son désintérêt de la langue d’enseignement et de la langue étrangère. « Cette passerelle pédagogique » va également lui faciliter la création de liens, le transfert de connaissances et d’habilités entre les deux disciplines, ce qui va le rapprocher de sa réalité. Par conséquent, l’utilisation de la langue arabe n’est nullement un obstacle à l’apprentissage d’une langue étrangère.
Si elles sont opposées, il existe une interdépendance entre elles et ce sont ces activités de traduction qui vont permettre à l’enseignant de s’ouvrir à l’interdisciplinarité ( approche par compétence ): c'est-à-dire que l’enseignant ne doit plus se cloisonner dans sa propre matière . Ces activités de traduction s’avèrent une nécessité pour décomplexer des situations. D’autre part, ces activités de traduction permettront aussi de répondre à l’objectif de la loi d’orientation sur l’éducation nationale dans son article 4 n 804 du 23 /01/ 2008 qui stipule « la maitrise au moins de 2 langues étrangères »



Que vise- t-on à travers ces activités de traduction ?





 - Acquérir des savoirs, savoirs- faire dans les deux langues (de la langue arabe vers le français, de la langue française vers la langue arabe)
 - Instaurer un dialogue entre l’arabe et la langue étrangère pour créer une cohérence entre les différents savoirs pour préparer l’élève au milieu professionnel.
 - Savoir faire la différence entre les savoirs de diverses provenances et le savoir d’expérience (de sa propre expérience)
- Encourager les élèves à intégrer leurs savoirs afin de pouvoir faire face à certaines situations.
- Savoir interpréter le sens de sa réalité (celle de l’élève).
- Savoir communiquer autrement.
- Confronter des clichés et les préjugés à l’égard des autres disciplines et intégrer la richesse de chacun dans un projet pour comprendre le monde présent.



13





 - Valoriser la langue d’enseignement.

 - Développer des compétencesdans les deux langues (installer des
compétences disciplinaires et transversales)
 - Posséder une terminologie d’où l’intérêt d’un glossaire (que l’élève pourra investir durant son cursus universitaire).
  Toutefois il est impératif de prévoir « des boucliers pédagogiques ». On entend par là, des gardes fous, qui vont éviter de tomber dans le simplisme et de recourir de façon abusive à la traduction. Pour cela, le rôle des inspecteurs, des formateurs, la durée et la nature des activités etc. seront déterminants.





B/ de l’utilité d’un glossaire.





   L’objectif du glossaire est de favoriser la traduction, il va permettre à l’apprenant de puiser des matériaux nécessaires à l’apprentissage d’une langue, de maîtriser un certain nombre de concepts et de recourir à cet outil de travail disponible et indispensable.
A titre indicatif (liste non exhaustive).
Un objet d’étude
Un thème
Le discours objectivité (une notion, un fait, un phénomène).
Le plaidoyer le réquisitoire, débattre d’un sujet d’actualité.
Etablir un constat (l’exhortatif).
 Les stratégies argumentatives (convaincre, persuader, réfuter, dénoncer une opinion…)
Les techniques d’expression : Un compte rendu objectif et critique, un résumé, un commentaire, la lettre de motivation.
Le commentaire du scripteur.
Un dialogue, une interview.
Une nouvelle – la nouvelle d’anticipation, la nouvelle fantastique (Un récit
cadre un récit encadré)



2/ PROPOSITIONS D’ACTIVITES DE TRADUCTION



Activités de traduction :



Objectifs :
- Maîtrise de la langue étrangère.
- Compétences linguistiques.
- Compétences transversales (La   pluridisciplinarité)





14





A quel moment ? Quel timing ? (la durée de chaque activité)

a/Compréhension de l’oral
 Objectif :
Amener l’élève à travailler sur deux langues et établir une synergie pour acquérir les connaissances culturelles et cultuelles des langues étrangères étudiées .
Supports :
Chanson engagée, représentation iconique, slogan publicitaire, poésie, contes, théâtre, bande annonce d’un film etc.
Activités proposées :
-Scénariser un court texte pour émouvoir et donner à réfléchir sur un thème concernant l’éducation civique (tolérance, politesse, respect de l’environnement, notion de paix, responsabilité, sens et valeur du travail qui sont des valeurs universelles)= pluridisciplinarité (cours de philosophie, d’arabe, d’éducation religieuse) 
-Traduction de propos de personnages dans un film : la bataille d’Alger,
Indigènes Hors la loi etc.
Expression écrite ou orale :
Trois (03) répliques d’une scène de théâtre.
Dialogue entre deux personnages d’un film.
Messages véhiculés par les supports cités précédemment…. (Morale, leçon, l’absence de préjugés etc.)
 Ou le résumé, le plan (interdisciplinarité)



b/Compréhension de l’écrit
Objectifs :
 Amener l’élève à une traduction didactique:
Résumé (restituer sous forme de synthèse, distinguer informations essentielles / informations secondaires)
Repérer le commentaire de l’auteur.
Planifier et organiser un plan.
Ou compte rendu objectif et critique (se limiter à l’introduction ou la
conclusion)
Utiliser une grille d’auto- évaluation pour repérer ses erreurs etc.



Activités de langue





1. Lexique
Utilisation du dictionnaire (la polysémie, la synonymie et l’antonymie, la paronymie, la définition d’un mot, son étymologie).
Les mots utilisés dans la langue étrangère.





15





Exemple : les mots francisés et les mots d’origine arabe :

Bled, hammam, djebel, douar ………..émir, alchimie, algèbre, alfa, caftan, assassin, alambic
Utilisation de l’Internet pour acquérir des savoirs (dans le cadre d’une recherche documentaire : géographie / histoire, le climat, modes vestimentaires, culinaires des autres cultures.
Les citations (philosophie) (interdisciplinarité,) les blagues, les dictons, le proverbe d’une langue à une autre.
Élaboration graduelle et progressive d’un glossaire (glossarium : dérivé du grec signifiant langue) A chaque fois qu’on traduit faire écrire à la fin du cahier.
Le nom et le prénom (pour éviter la confusion).



2. Syntaxe
La phrase verbale et la phrase nominale.
La prononciation i /e en /on
La dérivation, les procédés explicatifs(les reformulations, l’énumération)
Les articulateurs logiques et les indicateurs spatio- temporels (situation géographique, à gauche à droite, le sud, le nord, la datation).
Les types de raisonnement : inductif, déductif (interdisciplinarité).
Les figures de style (la comparaison, les métaphores, la personnification morale et physique)
Les indices d’énonciation (argumentatif : interdisciplinarité).
Les pronoms personnels : tu et vous (tutoiement et vouvoiement).
L’impératif (les nuances de l’ordre du souhait etc.)
Les pluriels des mots.
La ponctuation :



« On reconnait tout de suite un homme de jugement, à l’usage qu’il fait de la poctuation et de la virgule. » Henry de Montherlant



«Entre le point d'exclamation de la vie et le point d'interrogation de la mort : tout n'est que ponctuation.» Tristan Maya



Exemple d’activité :



Exercice de ponctuation :
Objectif :
Montrer que le rôle de la ponctuation n’a pas les mêmes valeurs dans les deux langues.
Ponctuez correctement les deux passages suivants. (Passage donné en français et en arabe)
« La société des abeilles » : manuel scolaire de la 2ème A S 1er §.



16





Remarque :

On peut aussi prévoir ces activités de traduction pour passer d’une séquence à une autre.
Toutes ces activités ont pour but de préparer les apprenants à la situation d’intégration et à la production finale.



« Quand on enseigne, l’élève se souvient. Quand on l’implique, il apprend ».



************



Membres de l’Atelier de la Langue Française :





- Mr MELAHA Inspecteur de l’Education Nationale de Langue Française.



- Mme BOUBEKEUR Inspectrice de l’Education Nationale de Langue



Française.



- Mme HADEFI P.E.S de Langue Française Lycée A K Barberousse



Alger.



- Mme KHEMILI P.E.S de Langue Française Lycée Frantz Fanon Bab-El-Oued. Alger











 
 
 
  
 
 

_________________
A cœur vaillant rien d'impossible.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 18.01.11 00:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com