FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE  Index du Forum FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE
Forum interactif pour enseignants PES et élèves de lycée
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion




 La connaissance non partagée n'a pas vraiment son utilité. ( D. Desbiens) 
 "Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."  Razz  "Le projet n'est pas une fin en soi, c'est un détour pour confronter les élèves à des obstacles et provoquer des situations d'apprentissage." Razz "L'enseignant novateur, en entreprenant une démarche de projet, accepte de : 1/ gérer la complexité et l'incertitude; Razz 2/ tenir compte des besoins et des intérêts des apprenants; Razz 3/ créer les conditions permettant l'exercice d'une pensée créatrice: le travail de groupe; Razz 4/ renoncer à la situation magistrale; Razz 5/ agir comme médiateur et non comme dispensateur de savoir." Razz "Selon B. S. Bloom,  3 moments d'évaluation : 1/ en amont du projet : évaluation diagnostique; Razz 2/ au cours du projet : évaluation formative; Razz 3/ en aval du projet : évaluation sommative." Razz
LANGAGE ET SOCIETE (Th. Rogel)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noureddine
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2010
Messages: 709
Masculin
Point(s): 1 913

MessagePosté le: 03.01.11 22:38    Sujet du message: LANGAGE ET SOCIETE (Th. Rogel)

(Il s’agit ici de la version longue d’un article déjà paru dans la revue Idees n°146 de Décembre 2006) 
  
Le professeur : « Maintenant,  
vous faisez les calculs ». 
Indignation feinte des élèves. 
L’élève : « Mais vous rendez vous  
compte,monsieur le professeur, 
 de ce que vous disez à vos élèves ? » 
(Dialogue réel et ludique en classe 
 de terminale E.S.) 
  



INTRODUCTION 
         
Le langage - parole et transcription écrite - constitue le plus évident des instruments de communication et d’interaction sociale, or ce thème n’est abordé que par incidence par la majorité des sociologues et s’il l’est pleinement, c’est en général dans le cadre de courants bien particuliers comme l’ethnométhodologie (Coulon – 1990) ou dans la catégories des « recherches sociolinguistiques ». 
         
La sociolinguistique apparaît bien trop souvent, non comme une intersection, mais comme un îlot isolé entre les continents de la linguistique d’une part et de la sociologie d’autre part. On peut supposer que cette situation est due en partie à sa technicité spécifique : s’aventurer sur ce terrain suppose d’affronter une série de concepts et de termes comme alternance codique, indices de contextualisation, enchâssements,… 
La difficulté est bien réelle pour le professeur de sciences économiques et sociales qui, de plus, hésitera à s’engager sur un terrain connu des professeurs de lettres et de langues. Il y a pourtant là de quoi satisfaire les professeurs de sciences économiques et sociales tant les apports des « sciences du langage » peuvent être réintégrés assez directement dans les enseignements donnés aux élèves (à condition d’éviter de se fourvoyer dans un langage technique qui ne serait pas utile à leur niveau). 
Nous nous proposons donc de présenter quelques éléments de linguistique pouvant être intégrés dans notre enseignement. Cela impose cependant des choix et nous ferons l’impasse sur des pans essentiels de la linguistique (Saussure, Chomsky,…). Il ne s’agit donc pas d’une présentation générale de la linguistique (tâche pour laquelle l’auteur n’a ni compétence ni légitimité) mais seulement d’une utilisation raisonnée de certains éléments de cette discipline. 
Nous nous intéresserons d’abord à la langue comme contrainte (ou comme « fait social » au sens de Durkheim) soit contrainte propre à la société d’appartenance (hypothèse dite « Sapir-Whorf ») soit propre à un groupe social (Bernstein, Bourdieu), ainsi qu’à ses diverses fonctions. 
Mais la langue n’est pas qu’une contrainte s’imposant aux agents, elle est aussi un outil à leur disposition dans les relations sociales, outil plus complexe et important encore dans les situations de plurilinguisme que de monolinguisme. Les apports de la sociolinguistique sont alors essentiels. 
Enfin, la domination de l’anglais étant un sujet d’inquiétude actuel, nous présenterons quelques éléments d’analyse sur l’évolution des langues au niveau mondial. 
  
PARTIE I : LA LANGUE COMME CONTRAINTE SOCIALE. 
  
A) CRITIQUE DES APPROCHES CLASSIQUES. 
La tradition centrale de la linguistique consiste à analyser la langue en dehors de ses usages sociaux, à la décontextualiser. Ainsi, Ferdinand de Saussure, précurseur des approches structuralistes, en distinguant la langue de la parole, fait de la première un élément qui peut être partiellement abstrait de ses conditions d’exercice. 
  
Plus près de nous, dans les années 60, Noam Chomsky développe ses approches (« grammaires génératives ») en supposant l’existence de locuteurs idéaux en situation symétrique. 
  
Ce choix dans l’approche n’est pas approuvé par ceux qui considèrent que le langage est un élément de la vie sociale et que son analyse fait donc pleinement partie des sciences sociales. 
  
B) LANGAGE ET VISION DU MONDE. 
Un premier pas dans la direction des sciences sociales sera fait avec Antoine Meillet  
(1866-1936) (Mucchielli – 1997). Quatre questions essentielles se dégagent de son travail : comment la structure sociale détermine la langue, comment l’action guide la pratique linguistique, comment les groupes sociaux créent leur propre langue ; enfin, comment les contacts entre groupes modifient la langue.  
Il apparaît comme un promoteur du Durkheimisme puisqu’il considère que la langue est un fait social ayant des propriétés d’extériorité et de coercition.  
Cela nous amène à ce qu’il est communément admis d’appeler l’hypothèse de « Sapir-Whorf » (Whorf – 1969). Selon cette hypothèse, l’analyse de la langue est en mesure de nous révéler les univers mentaux des divers groupes de locuteurs et la structure de la langue impose une certaine vision du monde. Whorf, dans son travail sur la langue Hopie, considère que les Hopis n’ont pas de moyens linguistiques de marquer les différences entre le passé, le présent et le futur mais différencient ce qui est « objectif » (ce qui est, ce qui s’est passé,…) de ce qui est subjectif (ce qui est imaginé, ce qui pourrait arriver, ce qui va arriver, les désirs, les intentions,…mais également un acte qui en est à son début qui est en devenir).  
Ils n’ont donc pas une conception d’un temps linéaire, homogène et auquel on pourrait attribuer des qualités comme les durées longues ou courtes. Ainsi, l’élément temporel n’est pas séparé des éléments spatiaux ; cela fait que ce qui s’est passé loin de l’observateur ne peut être connu que si l’évènement est ancien et il n’y a aucun sens à dire que quelque chose s’est passé « ailleurs et au même moment ». 
  
L’hypothèse « Sapir-Whorf » suppose donc que les structures linguistiques et les normes culturelles s’influencent mutuellement mais ce sont les premières qui ont le plus de poids. Les découpages que l’on observe dans la nature sont donc avant tout le produit de nos découpages linguistiques et on peut en déduire que la pensée scientifique est le résultat d’une spécialisation du langage européen occidental. Mais il est possible, qu’à l’inverse, les progrès dans une discipline scientifique soient freinés par la structure de la langue ; c’est en tout cas le problème que pose Norbert Elias pour qui les normes des langues occidentales ne permettent pas de saisir les processus d’interaction et les processus propres à la sociologie (Elias – 1991). Ainsi, il reproche au langage de « chosifier » les processus, comme lorsque l’on dit « le vent souffle » alors que le vent est précisément défini par le souffle qui est un processus. C’est à comparer à la langue Hopie où au lieu de dire « la lumière éclaire », on dira « éclairer brusquement (s’est produit) ». 
  
C) LANGUES ET CLASSES SOCIALES. 
1) DEFICIT LINGUISTIQUE. 
Basil Bernstein distingue deux grands codes linguistiques spécifiques des classes populaires et des classes favorisées. Le « code restreint », qu’il relie à la notion durkheimienne de solidarité mécanique, correspond à un langage peu élaboré propre, d’après lui, aux classes populaires. Il l’oppose au « code élaboré » des catégories supérieures. Demandant à des enfants de décrire une image, il note que les enfants de catégorie populaire produisent un  discours du type « Ils jouent au foot, il shoote, çà casse un carreau,...» alors que les enfants de milieux favorisés diront plutôt « Des enfants jouent au football, l’un d’entre eux shoote, le ballon traverse la fenêtre et casse un carreau,…». On voit que le premier discours ne peut être compris sans le support des images, contrairement au deuxième discours qui apparaît comme plus autonome. Les différences entre les pratiques de langage selon les groupes sociaux sont donc perçues en termes de déficience ou de manque. 
  
2) BOURDIEU ET LE MARCHE DE LA LANGUE. 
Pierre Bourdieu va notamment s’intéresser à la constitution d’une langue standard (Bourdieu- 1982). Dans l’histoire des sociétés, la langue standard a à voir avec la modernité : en effet, son institution suppose l’unification du « marché linguistique » grâce à l’action de l’Etat et notamment de l’Ecole. La langue standard est destinée à être comprise par des locuteurs qui ne se connaissent pas et ne se rencontrent pas ; elle est donc un instrument de la rationalisation et de l’impersonnalisation.  
Mais il s’édifie aussi un marché linguistique où la langue standard est la langue légitime et dominante. Ce marché est dominé par les détenteurs de la compétence légitime et participe aux divers processus de domination à l’œuvre dans la société, les dominés intériorisant les principes à l’œuvre dans leur propre domination, cette intériorisation s’inscrivant notamment dans les pratiques d’hypercorrection propres à la petite bourgeoisie. 
  
3) HYPERCORRECTION ET INSECURITE LINGUISTIQUE.   
Il y a donc une hiérarchisation des manières de parler mettant certaines personnes dans l’angoisse de ne pas « savoir parler comme il faut » ; elles sont alors dans un état « d’insécurité linguistique » (« Enfant, quand je m’efforçais de m’exprimer dans un langage châtié, j’avais l’impression de me jeter dans le vide ») et tentent de compenser cette insécurité par l’emploi d’un usage supposé prestigieux de la langue. Cette tendance à « l’hypercorrection » s’appliquera à la prononciation et à l’usage de certains termes ou de certaines formes grammaticales précises dans le but de masquer ses origines, et elle touchera essentiellement les membres des classes moyennes et les femmes.  
Cependant, l’usage étant souvent outré et mal maîtrisé, il peut entraîner une certaine stigmatisation de la part des détenteurs de la parole légitime (qui peuvent, stratégiquement, avoir des pratiques «d’hypocorrection»). Certains auteurs ont pu mettre en évidence que l’insécurité linguistique apparaît préférentiellement dans les zones où il y a diglossie (confrontation d’une norme dominante et d’un parler local). Ainsi des enquêtes de terrain montrent que l’insécurité linguistique est moins fréquente à Tours, où le français standard ne coexiste avec aucun usage dialectal, qu’à Lille, Limoges ou à La Réunion.  
On peut cependant remarquer l’existence de pratiques d’hypercorrection généralisées comme l’usage inapproprié du subjonctif quand l’indicatif suffit (il est notable que l’usage d’un indicatif  à la place du subjonctif entraînera une réprobation alors que la faute inverse n’entraîne généralement pas de reproches). 
  
D) FONCTIONS DU LANGAGE. 
Saussure envisageait la langue comme une structure, Whorf comme une contrainte, on peut également comprendre les relations entre langage et social par ses diverses fonctions et les circonstances d’usage du langage. Jakobson retient six fonction essentielles : référentielle (information), émotive (expressive), conative (on cherche à agir sur le destinataire), métalinguistique, poétique, phatique. La fonction phatique est particulièrement intéressante puisque c’est la seule pour laquelle le langage n’a pas besoin d’avoir un sens dénotatif. Cette fonction correspond à tous les termes, interjections,…qui n’ont pas de signification en eux-mêmes mais signifie que le contact entre les interlocuteurs est établi ou se maintint. Ce sera le « allo » de la conversation téléphonique, mais aussi le « d’accord », le « hum », le raclement de gorge,…signalant qu’on est à l’écoute, qu’on a entendu l’instruction ou l’information ou qu’on s’apprête à répondre. Lorsqu’une femme signale à son mari qu’elle sort faire une course et que celui-ci répond « d’accord », il ne signale pas son accord ou son désaccord mais simplement que le message est bien arrivé. 
  
John Austin, dans son ouvrage « Quand dire c’est faire », va s’intéresser plus particulièrement aux « énoncés performatifs », c'est-à-dire les énoncés qui signent une action au moment où ils sont dits (Journet – 1996). Ainsi, l’énoncé « Je te baptise » est performatif. On peut considérer, avec Bourdieu, que des discours plus élaborés sont performatifs dès lors qu’ils transforment le réel, le discours économique en étant l’exemple le plus clair. Bourdieu rappelle cependant qu’un discours n’est performatif que parce que celui qui le tient a une légitimité et un statut qui lui sont reconnus (notamment par les Institutions). Le discours performatif est donc entièrement plongé dans le social. 
  
II) LE LANGAGE COMME OUTIL. 
A) UNE LANGUE OU DES LANGUES ? 
Les analyses présentées précédemment le sont dans le cadre d’un monolinguisme avec, au plus, deux variantes. Or la réalité la plus fréquente dans le monde est celle de la présence de plusieurs langues sur un même espace. 
  
1) MONOLINGUISME ET PLURILINGUISME. 
Il convient d’abord de distinguer des situations diverses en ce qui concerne la présence de deux langues. On parlera de « diglossie » s’il existe deux langues sur le même territoire (avec en général, une des deux langues considérée comme plus prestigieuse) et de « bilinguisme » dans le cas où un individu utilise les deux langues. On peut donc avoir plusieurs situations typiques : une diglossie sans bilinguisme si on a deux communautés séparées ne parlant pas la langue de l’autre, ou une diglossie avec bilinguisme. 
  
Bien souvent, le plurilinguisme concernera plus de deux langues (à l’exemple du Luxembourg où le Lëtzebuergesch est utilisé dans la communication orale traditionnelle, le Français pour les textes officiels et l’Allemand est langue de lecture pour les textes non officiels). Ces langues pourront avoir des fonctions spécialisées et elles seront soit véhiculaires, soit vernaculaires. 
Par ailleurs, il peut y avoir des cas d’alternance de langue au sein d’un échange ou d’une même phrase, ce que Gumperz appelle « l’alternance codique ». 
  
Enfin, lorsqu’il y a rencontre entre deux ou plusieurs langues, il peut y avoir apparition de formes linguistiques nouvelles : le sabir, qui est le système approximatif de parler des migrants ; le pidgin, « parler d’emploi restreint qui est utilisé » comme seconde langue » (Boyer – 2001) ; le créole qui, à la différence du pidgin, est une langue vernaculaire. 
  
2) MULTIPLICITE DES VARIATIONS. 
Même dans une situation monolinguistique, les variations peuvent être suffisamment importantes pour qu’on ne puisse pas parler d’une langue comme d’un ensemble uniforme ; ces variations peuvent être lexicales, grammaticales ou phonologiques.  
Elles dépendent des lieux géographiques (région, rural/urbain), de l’origine sociale (sociolectes), des classes d’âge (ou plutôt des générations), du sexe. 
  
3) ORAL ET ECRIT. 
L’oral et l’écrit induisent des modes de communication différents puisque le premier implique que la communication ne passe pas seulement par les termes utilisés mais aussi par les caractéristiques liées à la voix (rythme, intonation,…) ainsi que les aspects non verbaux de la communication (gestes, postures,…). 
  
L’oral et l’écrit engagent donc des constructions différentes mais ils ont également des effets différents pour la communication. Pour Georg Simmel, l’écrit permet la précision dans le choix des termes mais souffre de ne pouvoir ajouter des éléments supplémentaires de la compréhension qui existent dans la relation de face à face, à savoir le contexte, les regards, la posture, la gestuelle, bref l’ensemble des éléments non verbaux de la communication (Simmel - 1991). Il en découle que la relation écrite est plus efficace que l’oral quand le message que l’on veut transmettre n’est pas ambigu, l’illustration typique étant le règlement ou l’information administrative. En revanche, dès qu’il y a ambiguïté, sous-entendu ou secret, la communication écrite prête beaucoup plus à des erreurs d’interprétation que l’oralité. L’écrit se retrouve donc globalement du côté de l’extériorité et de l’objectivation et l’oral du côté du subjectif. 
De fait, l’écrit favorise la constitution de l’Histoire de la société et se situe du côté du rationnel et du calcul. A l’inverse, l’oral ne permet pas une transcription fidèle des fais passés et est plutôt du côté du mythe. 
  
Le poids, la place et l’ancienneté de ces deux formes de communication auront donc des incidences sur la structure et le fonctionnement de la société. Ainsi, on peut distinguer les sociétés à tradition écrite des sociétés à tradition orale. Au sein des premières, on retiendra deux cas, les sociétés à tradition écrite ancienne où la langue orale et la langue écrite sont, globalement, les mêmes, et les sociétés à tradition écrite ancienne où la langue écrite et la langue orale sont différentes (cas des pays arabes) ; au sein des sociétés à tradition orale, il faut distinguer celles qui connaissent une introduction récente du fait alphabétique (Calvet – 1984). 
  
Cependant, il n’existe pratiquement pas de société purement orale ou purement écrite. Les sociétés à tradition orale connaissent bien souvent une communication picturale (peinture, tissage,…). Les sociétés à tradition écrite conservent toujours, bien sûr, les relations orales de face à face mais sont également parcourues par ce qu’on appelle communément « Littérature orale » : contes et légendes (au moins jusqu’à, leur transcription écrite par Perrault ou les frères Grimm ou picturale par Disney) ; rumeurs et légendes urbaines, folklore enfantin, devinettes, blagues,… dont il ne faut pas sous estimer l’importance.  
  
Cependant, les sociétés contemporaines dites « de communication » connaissent des compositions particulières de l’écrit et de l’oral : échanges téléphoniques qui correspondent à une oralité sans les éléments non verbaux de la communication, information télévisée dont l’oral est, en théorie, policé et fait de phrases « bien construites » ; enfin, les « tchats » et forums sur Internet portent à son comble l’ambiguïté de la relation entre écrit et oral puisqu’on y allie la spontanéité de l’oral à l’apparente objectivation de l’écrit et à l’impossibilité de transmission d’éléments non verbaux de la communication ; cela en fait un procédé de communication efficace mais qui peut être particulièrement propice aux malentendus dans la communication. 
  
B) LES USAGES DE LA LANGUE. 
1) LANGAGE BIEN DRESSE ET LANGAGE EN SITUATION. 
La linguistique classique s’attache souvent à l’analyse de phrases grammaticalement correctes correspondant plus ou moins à la langue écrite. Or, l’usage quotidien de la langue implique des écarts à la norme écrite aussi bien par la construction des phrases que l’adjonction d’onomatopées, de gestes,…L’auteur d’un article à la recherche de son stylo plume pourra dire « J’ai égaré mon stylo » ou «  est mon stylo ? » mais il est probable qu’en situation il s’exclamera plus facilement « Mon stylo, où il est ? » (voire « où qu’il est ? ») ou bien accompagnant la parole d’un grand geste : « Ouups... ! Mon stylo ». Ce dernier exemple permet d’ailleurs de voir que le geste n’est pas surajouté au mot mais participe conjointement à la communication (Cicourel – 1979). 
        En son temps, Simmel avait considéré que la conversation de salon constituait la forme sociale pure en ce qu’elle existe pour elle-même : qu’on y engage un intérêt propre ou qu’elle devienne objective (qu’on y cherche une vérité) alors elle n’est plus sociable et elle n’est plus. Seule subsiste une forme, privée de tout contenu, et un objectif pour les locuteurs de se situer les uns par rapport aux autres et d’accorder à l’autre le maximum de valeurs compatible avec ce qu’il peut lui-même recevoir (Simmel – 1981). 
  
Plus récemment, les sociolinguistes se sont penchés sur l’analyse de la conversation dont l’unité de base est le « tour de parole » où chacun parle à son tour avec un minimum d’intervalles et réduisant au maximum les chevauchements (chevauchements dont la fréquence et le sens diffèrent selon les groupes sociaux). Les questions essentielles sont alors de comprendre à quels moments se succèdent les « tours de parole » (après un silence, à la fin d’une question,…ce que les auteurs appellent « places transitionnelles ») et de comprendre comment se fait la « sélection »é du locuteur succédant au précédent ? La conversation apparaît donc comme un exercice socialement structuré. Les ethnométhodologues ont mis en évidence qu’elle se fait par « paires adjacentes » d’énoncés (comme des salutations du type « bonjour/bonjour » ou du type « question/réponse »). Cependant, comme le montre Erving Goffman (Goffman – 1987) la question n’implique pas toujours la réponse qui serait normalement attendue et une question entraîne souvent une autre question. Par exemple, lorsqu’un passant demande « Avez-vous l’heure ? », il n’attend pas une réponse sur le fait qu’on a ou pas l’heure mais émet par là une excuse permettant de déranger un inconnu dans sa routine quotidienne et lui demander d’indiquer l’heure (demande qu’il ne pourra pas refuser à moins d’être dépourvu de montre). 
De même, la question « As-tu pensé à fermer la porte ? » est une demande indirecte correspondant à la phrase « si tu n’a pas pensé à fermer la porte, tu dois réparer cet oubli le plus tôt possible » ; exemple typique de style indirect (qui ne sera d’ailleurs pas toujours perçu comme tel par tous). Enfin, les échanges quotidiens, peuvent se présenter sous la forme de « question/réponse » mais sont également construits sous la forme d’enchâssements et « d’à côtés » où une question sera suivie d’une autre question :  
- « Est-ce que je peux vous emprunter votre tuyau ? » 
-  « Vous en avez besoin tout de suite ? »  
- « Non ! »  
- « D’accord ». 
(Goffman – 1987). 
  
Enfin, le soliloque, habituellement réprouvé,  sera socialement accepté dans certains cas. En général, le fait de parler seul fait passer pour un être étrange sauf si par exemple quelqu’un trébuche et s’exclame « Quel maladroit je fais ! » ou bien quitte la queue d’un magasin en disant « j’ai oublié mon porte monnaie »,…divers cas où le soliloque s’adresse en réalité aux autres et sert à justifier un comportement qui ne pourrait pas être compris autrement. 
  
2) LA LANGUE COMME « MARQUEUR SOCIAL ».  
C’est donc la langue telle qu’elle est utilisée qui intéresse avant tout le sociolinguiste. William Labov, représentant de « l’école variationniste » et des démarches quantitatives en sociolinguistique, va notamment mettre en œuvre plusieurs enquêtes montrant les liens qu’entretiennent la perception des statuts sociaux et la prononciation.  
  
Partant de l’idée que certaines prononciations du « r » passent pour propres aux catégories favorisées il va montrer que cette prononciation sera faite par les employés des magasins « huppés » (repérés par leur localisation géographique ou leurs prix) et pas par ceux des magasins populaires.  
  
Dans une autre enquête, il fait entendre à 200 témoins des faux couples dont certains adoptent la prononciation du « r » supposée prestigieuse ; ceux-ci seront à chaque fois jugés comme appartenant aux catégories élevées de la population 
  
De même, il montre que sur l’île de Martha’s Vineyard la prononciation du « a » est liée à l’image que les locuteurs ont de l’île. Plus cette image est positive, plus la prononciation sera « îlienne » ; plus le locuteur désire quitter l’île, plus la prononciation sera continentale. 
  
Enfin, en analysant le parler des jeunes noirs américains des ghettos urbains, il fait apparaître que leur parler est aussi complexe et structuré que l’anglo américain standard ; s’opposant à l’approche de Basil Bernstein, il refuse les explications en termes de déficit linguistique pour adopter des explications en termes de conflit culturel (Calvet – 1993). 
         
3) LA MULTIPLICITE DES MARCHES LINGUISTIQUES. 
L.J. Calvet va reprendre en partie le concept de « marché linguistique » de Bourdieu mais va l’adapter à la réalité la plus fréquente dans le monde qui est celle du plurilinguisme et de la diglossie (Calvet – 1994), réalité généralement liée au phénomène de l’urbanisation. On constate alors l’existence de variétés « hautes » (prestigieuses) et « basses » de la langue et celles ci sont également marquées par une spécialisation fonctionnelle. A Dakar, par exemple, il y a coexistence de trois langues – le français, l’arabe et le wolof – avec des mélanges et des néologismes : ainsi, on peut trouver du Wolof en caractères arabes ou latins. Cependant, chaque langue écrite a une fonction particulière par rapport à l’écrit public : le français est la langue officielle, le wolof est la langue véhiculaire et l’arabe, la langue de la religion. 
  
Du point de vue de l’oralité, la situation va être beaucoup plus complexe ; l’exemple, rapporté par Calvet, d’une famille de Casamance installée à Dakar en est une bonne illustration. Les grands-parents sont monolingues et parlent le Diola – langue grégaire - les parents sont plurilingues mais le Diola reste leur langue première, les enfants sont également plurilingues mais c’est le wolof – langue véhiculaire de Dakar – qui devient langue première. Au sein de la famille, les parents parlent wolof aux enfants avec adjonction de Diola pour les enfants les plus âgés mais pas pour les plus jeunes.  
Qu’en est il dans l’espace public, à savoir sur les marchés des produits ? Il y a alors une spécialisation selon les produits : le Peul est utilisé pour les marchés de laitage, le français pour les tissus, le wolof chez les tailleurs. Cependant, il s’agit ici du « Français d’Afrique », différent du Français standard par ses échanges faits avec diverses langues africaines. En fait, il ne s’agit pas réellement d’un « français d’Afrique » mais d’un « français urbain » comme il existe un « Wolof urbain » différent du wolof rural. L’urbanisation constitue donc le cadre essentiel de transformation des langues. 
  
4) L’ALTERNANCE CODIQUE. 
Une complexification supplémentaire, l’alternance codique, va retenir l’attention de J.J. Gumperz, représentant de la « sociolinguistique interactionnelle » (Gumperz – 1989). L’alternance codique consiste dans le passage d’une langue à une autre au sein d’un même échange voire au sein d’une même phrase. L’alternance codique suppose évidemment une situation de plurilinguisme mais cela ne suffit pas ; elle se développera surtout quand les frontières du groupe ne sont pas nettes, notamment durant les migrations, et donc dans des moments de changement social important. Il est cependant difficile, selon Gumperz lui-même, d’expliquer la pratique de « l’alternance codique » par un principe ou un petit nombre de principes ; ces explications doivent donc ressortir, au cas par cas, des analyses de terrain.  
  
Le premier élément qui ressort, et qui n’explique pas tout à lui seul,est le fait que le passage de la langue minoritaire à la langue standard marque une différence entre « Nous» et « Eux », entre « l’endogroupe » et « l’exogroupe ». Bien que Gumperz ne retienne pas cette idée, il semble que la distinction « Eux/Nous » peut aisément être reprise dans le cadre de la distinction « Communauté/Société ». En effet, Tonniës pratique un grand nombre de déclinaisons : la Communauté (ou plutôt, le lien communautaire ») renvoie à l’endogroupe, aux liens prescrits, au subjectif,… alors que la Société renvoie au contrat, à l’universel, à l’objectif,… On retrouve chez Gumperz un certain nombre de ces éléments. Par exemple, une demande faite en langue minoritaire apparaîtra comme une demande personnalisée ou une prière, donc une demande marquée par le subjectif, alors qu’en langue standard on tendra plutôt vers l’ordre, l’obligation ou la nécessité – elle prendra donc un caractère plus objectif. En corollaire, l’usage de la langue minoritaire pourra désigner un degré d’implication plus grand dans les discours ou l’action relatée par le locuteur. 
  
Mais l’usage peut être plus « stylistique » : « l’alternance codique » aura une fonction phatique, sera utilisée pour une interjection, permettra de modaliser le discours ou de faire ressortir des éléments particuliers. Dans ces divers cas, pour une même phrase, le passage de la langue minoritaire à la langue standard n’aura pas la même signification que le passage de la langue standard à la langue minoritaire.  
  
Il est donc extrêmement difficile de faire apparaître des règles de l’alternance codique mais celles-ci existent et sont bien intériorisées par les individus. Gumperz le fait clairement apparaître lorsqu’il propose des exemples d’alternance codique à des locuteurs bilingues : certaines alternances sont acceptées mais d’autres seront rejetées comme étant du charabia ; un locuteur s’exclamera même que « personne ne parlerait comme çà, c’est un mélange de langues ». Cela montre d’ailleurs, que les locuteurs utilisant  l’alternance codique n’en sont pas conscients et déclarent souvent avoir parlé dans une seule langue alors qu’ils ont pratiqué cette alternance, exemple typique du fait qu’il y a systématiquement un décalage entre ce que les locuteurs rapportent de leur conversation et la réalité. 
  
Cette « alternance codique » entre deux langues peut exister aussi entre deux variantes d’une même langue comme l’anglo américain standard et l’anglo américain des  noirs. Un exemple rapporté par  Gumperz permet de montrer qu’il peut s’agir là d’un élément  compris dans une stratégie de communication : un étudiant noir parle en anglais à son professeur blanc pour avoir une recommandation et glisse une phrase en anglo américain noir afin de signifier à ses camarades qu’il n’est pas dupe du jeu social qu’il joue. 
  
5) LES DIFFERENDS ENTRE PROCHES. 
La première fonction d’une langue étant d’assurer la communication, le sens commun pourrait laisser entendre que la rencontre entre deux personnes de langue différente entraîne des malentendus.  En fait, les plus gros risques de malentendu ont lieu quand on a deux interlocuteurs d’origine différente partageant la même langue car il ne suffit pas de partager le même vocabulaire pour se comprendre, encore faut il que les règles sous jacentes de l’échange de paroles soient les mêmes pour tous ; ce qu’on appelle les « conventions de communication ». 
  
En effet, la communication a lieu à trois niveaux : le niveau lexical et syntaxique sont les plus évidents et les plus repérables. Mais il y a ensuite le niveau des « indices de contextualisation » : il s’agit des « caractéristiques superficielles de la forme du message par lesquelles les locuteurs signalent et les allocuteurs interprètent la nature de l’activité en cours et la manière dont le contenu sémantique doit être compris » (Gumperz – 1989b). Entrent dans la catégorie des indices de contextualisation, le rythme de la parole, les pauses, la prosodie, la place de l’accentuation,… Enfin, le sens de la communication et surtout la nature de l’échange (est ce un échange humoristique, cérémoniel, ludique,… ?) vont dépendre également d’éléments de communication non verbaux : la gestuelle, la posture, le contexte dans lequel on se situe (décor, statuts respectifs,…). 
Par ailleurs on aura, au sein d’un même groupe, des phrases toutes faites, des manières de faire stéréotypées qui constituent des « conventions de communication » permettant d’éviter de longues mises au point et améliorant l’efficacité  de la communication. Mais deux locuteurs de même langue issus de groupes sociaux ou ethniques différents ne partageront pas forcément ces conventions de communication.  
  
Il suffit alors qu’il y ait incompréhension à l’un de ces trois niveaux de communication cités pour que l’interaction se fasse mal et que les malentendus et les stigmatisations s’installent. 



  
WHO’S THE ARTIST ? 
Gumperz rapporte l’anecdote suivante. Un peintre en bâtiment arrive chez un couple californien de classe moyenne pour effectuer une rénovation. En voyant des tableaux, il demande « Qui est l’artiste ? ». La femme, d’origine britannique, répond : « ce n’est pas un artiste très connu. C’est un Londonien… », ce qui ne correspond pas à ce qu’attendait le peintre en bâtiment. En fait, « Who’s the artist ? (Qui est l’artiste ?) » est une phrase stéréotypée comme forme de compliment au cas où les tableaux airaient été peints par quelqu’un de la famille. Mais on aurait pu aussi bien demander « Qui est le cuisinier ? » ou « Qui est le jardinier ? ». En général, çà entraîne un échange du type « C’est de moi mais ce n’est qu’un simple travail d’amateur » / « Mais c’est vraiment très bien ». Bref, c’est une manière d’entrer en relation et non une question correspondant à un réel intérêt pour la peinture. Cet exemple montre bien qu’il peut y avoir incompréhension entre des personnes ayant la même langue maternelle mais ne partageant pas les mêmes conventions de communication. (Transcrit à partir de Gumperz – 1989b) 


  
DE LA SAUCE ? 
A la cafeteria d’un aéroport britannique, les serveuses indiennes et pakistanaises nouvellement engagées étaient perçues par leurs surveillants comme des personnes revêches et peu coopératives Cela venait, l’observation l’a montré, du ton et de l’intonation employés. Par exemple, quand une serveuse britannique demandait à un manutentionnaire s’il voulait de la sauce, elle utilisait une intonation ascendante « De la sauce ? » ; les serveuses indiennes, elles, utilisaient une intonation descendante qui fait que la phrase « de la sauce » sera interprétée comme « Voilà de la sauce », c'est-à-dire comme une déclaration, qui semble impolie, et non comme une offre. U ne fois qu’on leur a fait entendre un enregistrement de cet échange, les serveuses indiennes ont commencé à comprendre les réactions auxquelles elles se heurtaient et qui leur paraissaient inexplicables. Du coup, elles apprirent à modifier leur intonation et les manutentionnaires apprirent à faire la différence entre cette donnée culturelle et une impolitesse. 
(Transcris à partir de Gumperz – 1989b) 
  
  
Les exemples précédents montrent qu’un échange linguistique ne peut pas être compris indépendamment de ses conditions d’énonciation. C’est ce que les éthnométhodologues mettent en évidence sous le terme «d’indexicalité ». 
(Coulon – 1990). 
  
C) LA COMMUNAUTE LINGUISTIQUE  
EXISTE-T-ELLE ? 
Les linguistes se sont longtemps penchés sur la notion de «communauté linguistique».  
  
Traditionnellement, on s’attachait à dire que cela regroupe des individus partageant une même langue. Mais le partage d’une langue n’interdisant pas les clivages, Labov préfère dire qu’il s’agit « d’un groupe qui partage les mêmes normes quant à la langue ». Calvet, propose, lui, de contourner le problème en parlant de « communauté sociale » et en considérant que la sociolinguistique ne s’intéresse pas seulement à la langue mais surtout à la communauté sociale sous l’angle linguistique. Cependant, on voit que le concept de communauté  
sociale, sil est assez bien approprié à un groupe relativement fermé (à une communauté) est en revanche mal adapté aux conditions nouvelles de la vie urbaine où les frontières entre groupes sont floues, où les échanges intergroupes sont de plus en plus nombreux et où l’usage de la langue constitue, autant qu’en un respect des normes, en une utilisation stratégique des diverses normes (Gumperz – 1989b). A la suite de Gumperz, on peut alors se centrer sur les « stratégies conversationnelles » typiques d’une « société en réseau ».  
  
III) AVENIRS DES LANGUES : UNIFORMISATION OU DESTRUCTION CREATRICE ? 
  
Pour ce qui est de la diffusion des langues, deux thèmes actuels se partagent la vedette,  à savoir la domination insolente de l’anglo américain et la mort des langues, entraînant un processus d’uniformisation. Tendance inéluctable ? Voire.        
Dans ce domaine, la mondialisation désigne la mise en contact de communautés linguistiques différentes. Certes, jamais cette mise en contact n’a connu une ampleur telle que celle que nous connaissons actuellement mais cette situation n’est toutefois pas inédite. Comme nous l’avons signalé précédemment, l’urbanisation a, de ce point de vue, marqué son empreinte depuis longtemps.  
  
De plus, les recherches sur l’histoire des langues nous rappellent que celle-ci est marquée autant par la naissance continuelle de nouvelles langues que par leur mort.  
  
A) LA LANGUE MERE. 
Dès le 18ème siècle, les philologues ont été frappés par les ressemblances entre les langues et ont fini par établir l’existence d’une langue mère des langues occidentales, l’Indoeuropéen.  Aujourd’hui, il y a un consensus sur le fait qu’on peut rassembler les diverses langues en familles, familles regroupées elles mêmes en « grandes familles ». On retient ainsi trois familles de langues en Europe – Sémitique (arabe, hébreu), indoeuropéenne (sanskrit, grec, latin,…) et Türke (turc, Kazak, Azéri,…)- quatre grandes familles africaines (Tchadique, nilotique, Bantou,…), cinq familles asiatiques et cinq familles sur le continent américain (Ruhlen – 1997). 
  
Le linguiste Greenberg a même émis l’hypothèse qu’il a pu exister douze familles de langues anciennes seulement, hypothèse qui semble globalement compatible avec la répartition des gènes au niveau mondial obtenue par Cavalli-Sforza (Cavalli-Sforza – 1994). 
  
Les ressemblances entre langues vont donc être dues pour l’essentiel à leurs origines communes. Il ne faut cependant pas exclure deux autres mécanismes : la convergence, c’et à dire la création indépendante de motifs semblables et l’emprunt lié au commerce et aux migrations mais cela ne touche pas, en général, le vocabulaire de base. 
  
Pour mettre en évidence les filiations entre langues il a fallu faire apparaître des transformations typiques dans l’évolution du langage : ainsi, la correspondance phonétique, ou « Loi de Grimm » correspond au fait que certaines consonances européennes ont changé dans les langues germaniques. Typiquement, le p se transforme en f (ainsi pedus en latin donnera naissance à fotus en gothique) (Dortier – 1998) et le d en t.  De même, les sons p, t, et k se transforment en b, d et g lorsqu’ils sont entre deux voyelles. Enfin, on sait qu’il peut y avoir des changements sporadiques la « métathèse » (inversion de deux lettres), la dissimilation (la présence de deux consonnes identiques dans un  terme provoque le changement de l’une d’entre elles), et enfin  la contamination. 
  
B) LANGAGE ET URBANISATION. 
C’est dans le cadre de la ville qu’il y a le plus de chances de rencontres interculturelles ou entre groupes ayant des « conventions de communication » différentes. La sociolinguistique moderne est donc d’abord une sociolinguistique urbaine (Calvet – 1994. Gumperz – 1999a). 
  
Le premier effet de l’urbanisation sur la langue sera celui d’une unification linguistique et d’une plus grande transparence sémantique de la langue. Celle ci tendra à perdre ses fonctions poétiques et émotives au profit de la seule fonction référentielle. De plus, la langue utilisée sera de plus en plus une langue véhiculaire qui sera en général la langue du groupe dominant (notamment en Afrique) à moins qu’elle ne soit concurrencée par une langue véhiculaire extérieure aux groupes présents - s’imposant au détriment des langues vernaculaires.  
La véhicularité de la langue  va donc dans le sens d’une remise ne cause des communautés au profit d’une plus grande « objectivation », tendance déjà à l’œuvre, d’après Georg Simmel, sous l’action conjointe de l’urbanisation, de l’essor des relations monétaires, de la pensée scientifique et du droit moderne. 
  
Cette présentation est cependant trop schématique. En effet, l’unification ne se fait pas de manière simple puisqu’il y a de nombreux mélanges entre langues (créolisations) ; de plus, si la langue du groupe décline dans les périodes de forte croissance urbaine au profit de la langue véhiculaire, durant les phases de stabilisation, la langue vernaculaire tend à acquérir une fonction identitaire accrue. 
  
C) MONDIALISATION. 
Actuellement, les interrogations du public concernent surtout la domination de l’anglo-américain et le phénomène de disparition des langues. Cela entraînerait une tendance inéluctable à l’uniformisation linguistique. Est-ce cependant si sûr ? 
Dans ce domaine, il convient de dresser un état des lieux avant de conclure. 
  
On peut estimer que depuis le début de l’humanité il y a eu entre 31 000 et 600 000 langues. Aujourd’hui, il y en a environ 6 000 et on peut estimer qu’entre dix et vingt cinq langues disparaissent chaque année (c'est-à-dire entre 0,1% et 0,3% des langues existantes). La mort des langues n’est donc pas un phénomène nouveau et masque celui de « naissance des langues ».  
Il n’y aurait donc pas forcément lieu de s’inquiéter d’une disparition des langues qui a toujours existé si ce phénomène n’était pas actuellement renforcé par l’urbanisation et la mondialisation. 
  
La situation des langues dans le monde est nettement hiérarchisée ; mais comment quantifier le poids de chaque langue ? On peut tenir compte du nombre de locuteurs : douze langues, toutes issues de l’hémisphère nord, regroupent 65% des locuteurs ; les 35% restants recouvrent donc 6000 langues et 96% des langues sont parlées par 4% de la population (Calvet – 2002). Mais le poids démographique ne suffit pas pour juger du devenir d’une langue. En effet, une langue peu parlée mais isolée peut subsister plus longtemps qu’une langue ayant beaucoup de locuteurs mais directement confrontées à la concurrence d’une langue véhiculaire dominante,  notamment dans le cadre d’une forte urbanisation. 
De plus, le nombre de locuteurs n’est pas forcément corrélé à la puissance politique ou au prestige culturel. Il faut donc recourir à d’autres indicateurs. 
  
Si on retient le nombre d’ouvrages traduits on voit que l’Anglais représente 40% des traduction, le français, l’Allemand et le Russe 10 à 12% chacune. Donc, 75% des traductions mondiales concernent des livres écrits dans l’une de ces quatre langues. Les langues suivantes – espagnol, Italien,…- sont loin derrière puisqu’elles ne représentent que 1 à 3 % des traductions chacune. Remarquons qu’à l’inverse, le nombre de traductions à partir d’une langue étrangère ne représente que 5% des ventes de livres aux Etats-Unis et en Grande Bretagne (contre 10 à 12% en France et en Allemagne), chiffres qui ne sont pas sans rappeler les données de commerce international. 
En 1998, 80% de sites Web étaient en anglais contre 2% en français ; en 1994, il y avait 700 logiciels de traitement de textes en anglais contre 425 en français, 350 en allemand et moins de 300 pour l’espagnol et l’italien (Corbeil – 2000). 
  
Le développement d’une langue va donc dépendre de nombreux facteurs parmi lesquels l’expansion des Etats, les politiques vis-à-vis de la langue ou des langues, l’essor démographique, l’urbanisation, la plus ou moins grande transmission d’une génération à l’autre,… 
  
Doit on pour autant conclure à une uniformisation inéluctable ? Certains arguments permettent de nuancer cette idée. 
Ainsi, si l’influence de l’anglais dans le vocabulaire informatique est patente, il est remarquable que le terme « ordinateur » ait supplanté le « computer » utilisé partout ailleurs dans le monde; or, ce terme a été forgé en 1954 par un linguiste, à la demande d’IBM France, à partir du latin « ordinare » (« mettre en ordre »). (Rey – 1992). 
De plus, il faut rappeler qu’une langue qui domine et s’étend dans le monde tend à se « dialectaliser» : ainsi il n’y a pas un anglais mais des anglais (d’Angleterre, des USA,…), de même qu’il n’y a pas un espagnol mais des espagnols (castillan, espagnol d’Argentine,…). A juste titre, Louis Jean Calvet nous rappelle que la dialectalisation est le sort qu’a connu le Latin qui a donné naissance aux diverses langues romanes. Enfin, on peut s’attendre à voir se développer des langues véhiculaires régionales comme l’Hindi et le Bengali en Inde ou l’Espagnol de Buenos-Aires en Amérique du Sud.  
Une situation donc plus complexe et moins certaine qu’il n’y parait au premier abord. 
  
D) LE CHANGEMENT LINGUISTIQUE. 
Les langues sont donc amenées à changer. Le problème de l’évolution de la langue est aussi vieux que la linguistique elle-même puisqu’on a commencé par mettre en évidence des « lois de changement » à la manière des « Lois de Grimm ». Cependant, cela ne dit pas quels sont les facteurs de changement. 
On peut d’abord retenir un schéma type du changement linguistique : il y aura d’abord une variation (phonologique, morphologique, syntaxique,…) parmi d’autres. Celle-ci sera attribuée à un groupe social particulier et, par un phénomène d’hypercorrection (ou d’hypocorrection) sera adopté par un groupe B et la variation se généralisera à d’autres unités linguistiques du groupe B. A mesure que se fait ce processus de généralisation, une nouvelle norme linguistique s’instaurera. Cette nouvelle norme se propagera à d’autres groupes et dans la population (Calvet – 1993). 
L’agent essentiel du changement linguistique pourra être un groupe social particulier. Pour William Labov, le changement linguistique part au bas de l’échelle sociale mais atteint son maximum dans les groupes ouvriers et des classes moyennes (« modèle curviligne »). En revanche, Kroch, qui s’intéresse aux phénomènes de résistance au changement, constate que le maximum d’innovation se situe au bas de l’échelle sociale (« modèle linéaire »). Il y a là une contradiction apparente qui se résout en partie quand on constate que les processus de diffusion de l’innovation semblent différents chez les hommes (chez qui le modèle curviligne semble dominant) et chez les femmes (Baylon – 1996). 
De plus, William Labov note le rôle particulièrement important des femmes dans le changement linguistique car elles adopteraient des attitudes contradictoires d’hypercorrection dans le discours surveillé et d’adoption des formes neuves dans le langage familier. Compte tenu de leur rôle dans l’éducation des enfants, il n’est pas étonnant qu’elles aient un poids essentiel dans le changement linguistique. Cette réalité est d’ailleurs ancienne : alors que des pillards ne parlant que le Danois s’installent en 911 dans la région qu’on appellera dorénavant « Normandie », en 1066 leurs descendants qui traversent la Manche sous les ordres de Guillaume le Conquérant ne parlent que le Français. Cet abandon d’une langue en moins de deux siècles s’expliquerait, selon le linguiste André Martinet, par le fait que les Danois, venus seuls, ont pris femme sur place et c’est la langue des mères (et donc des vaincus) plutôt que celle des pères qui a été transmise (Régis – 1992). 
Le rôle des medias dans ce changement linguistique doit être également pris en compte même s’il est difficile d’en mesurer le poids. Enfin, l’ouverture de la société est essentielle puisqu’elle favorise les contacts entre groupes (groupes sociaux, nations,…). 
  
CONCLUSION 
Je ne sais si, comme le dit Labov, la sociolinguistique est toute la linguistique. En revanche, il est certain que la sociolinguistique fait pleinement partie de la sociologie et elle constitue à ce titre un apport important dans la mesure où elle se présente parfois comme un « cas limite » des difficultés particulières des sciences sociales. Ainsi, il est bien connu que les sciences sociales sont marquées par la confusion entre l’observateur et son objet d’étude ; dans le cas de la sociolinguistique, c’est l’instrument d’analyse et d’exposition des idées – à savoir le langage – qui est son propre objet d’étude. 
De même, l’analyse de l’insécurité linguistique pose des problèmes méthodologiques importants : une des démarches possibles pour faite apparaître concrètement cette insécurité est d’interroger les individus sur le bon usage de la langue. Mais on peut se demander si on peut y arriver sachant que le silence et le refus d répondre sont souvent le signe d’une insécurité linguistique (Moreau – 1997) (ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler le problème des « refus de réponse » dans les sondages). 
 De plus, en tant qu’enseignants en sciences économiques et sociales,  nous ne perdrions rien à insérer quelques éléments de sociolinguistique dans nos cours (à condition de le faire à petite dose et sans technicité excessive). Cela permettrait de montrer les liens entre la vie sociale et les langues ; sans entrer dans les analyses grammaticales ou syntaxiques, on peut montrer simplement que le vocabulaire utilisé est en partie dépendant de la vie sociale et, qu’à l’inverse, le langage utilisé influence notre perception du monde. 
Il est également possible d’aborder les notions de norme et de déviance, de sous – groupes et d’intégration à partir de la langue, de son usage et de ses formes particulières.
Enfin, les évolutions de la langue constituent une entrée possible pour l’analyse du changement social.  
  
  
BIBLIOGRAPHIE. 
  
- P. ACHARD : « La sociologie du langage » - P.U.F. – 1993. 
- BACHMANN – LINDENFELD- SIMONIN : « Langage et communication sociale » - Ed. Credif-Hatier-Didier – 1991. 
- Ch. BAYLON / 3Sociolinguistique – Socié »té, langue, discours » - Nathan Université – 1996. 
- J. BOUTET : « Langage et société » - Memo Seuil – 1997. 
- P. BOURDIEU : «  Ce que parler veut dire » - Fayard – 1982. 
- H. BOYER : « Introduction à la sociolinguistique » - « Les Topos » - Dunod – 2001. 
- L.J. CALVET : « La sociolinguistique » - P.U.F. – 1993. 
- L.J. CALVET : «  Le marché aux langues » - Plon – 2002. 
- L.J. CALVET : «  Les voix de la ville – introduction à la sociolinguistique urbaine » - Payot – 1994. 
- L.J. CALVET : « La tradition orale » - P.U.F. – 1984. 
- L. et F. CAVALLI-SFORZA : « Qui sommes nous ? » Chapitre 7 - Champs - Flammarion- 1994. 
- P. CHARAUDEAU : « Ce que communiquer veut dire » - Sciences Humaines n° 51 – Juin 1995. 
- Aaron V. CICOUREL : « La sociologie cognitive » - PUF – 1979.  
- CORBEIL : « I comme informatrique, industries de la langue et Internet » dans :  
CORBEIL, CERQUIGLINI, KLINKENBERG, PEETERS (Dir.) : «Le Français dans tous ses états »  – Champs Flammarion – 2000. 
- A. COULON : « L’ethométhodologie » - PUF – 1990. 
- J.F. DORTIER : « Les sciences humaines » - Ed. Sciences humaines – 1998. 
- O. DUCROT et J.M. SCHAEFFER : « Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage » - Points Seuil – 1995. 
- N. ELIAS : « Qu’est ce que la sociologie ? » - Agora – 1991. 
- M. FOURNIER : «  Nique ta langue » - Sciences Humaines n° 27 – Décembre 1999- Janvier 2000. 
- F. GADET : « Le français tel qu’on le parle » - Sciences Humaines n° 27 – Décembre 1999- Janvier 2000. 
- E. GOFFMAN : « Façons de parler » - Ed. de Minuit – 1987. 
- J.J. GUMPERZ : « Engager la conversation » - Ed. de Minuit – 1989a. 
- J. J. GUMPERZ « Sociolinguistique interactionnelle – Une approche interprétative » - L’HARMATTAN- 1989b. 
- N. JOURNET : « Les linguistiques de la communication » - Sciences Humaines n° 51 – Juin 1995. 
- N. JOURNET : « Quand dire c’est faire» de J.L. Austin - Sciences Humaines n° 57 – Janvier 1996. 
- N. JOURNET : « L’hypothèse Sapir-Whorf » - Sciences Humaines n° 95 – Juin 1999. 
- C. KERBRAT - ORECCHIONI : « Les cultures de la conversation »  - Sciences Humaines Hors Série n° 27 – Décembre 1999- Janvier 2000. 
- MOREAU M. L. : « Sociolinguistique – concepts de base » - Mardaga – 1997. 
- L. MUCCHIELLI « La découverte du social » - Chapitre 10 – La Découverte- 1998. 
- J.P. REGIS : Ethnie, langue, pouvoir » in « Voix ethniques, Ethnic voices »  
- Revue du GRAAT n°9 -1992. 
- A. REY (Dir.) : « Le Robert – Dictionnaire historique de la langue française » - 1992. 
- M. RUHLEN : « L’origine des langues »  - Débats Belin – 1997. 
- G. SIMMEL : « La sociabilité, exemple de sociologie pure et formale » dans : « Sociologie et épistémologie » - P.U.F. – 1981. 
- G. SIMMEL : « Digression sur la relation épistolaire » in « Secret et sociétés secrètes – Circé – 1991. 
- H. WALTER : « L’aventure des langues en Occident » - Le livre de poche – 1994. 
- B.L. WHORF : « Linguistique et anthropologie » - Denoël – 1969 – 1ère édition 1956. 

_________________
A cœur vaillant rien d'impossible.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 03.01.11 22:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FRANÇAIS AU LYCÉE - ALGÉRIE Index du Forum -> THÉORIE - ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGE - ÉVALUATION -> Théorie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com